fbpx
x

(Paléontologie) Le climat a joué un grand rôle dans la conquête planétaire d’Homo Sapiens

25 août 2021 – Dans le cadre de sa conquêté du monde Homo Sapiens semble avoir été principalement guidé par les variations climatiques. Une étude parue mardi permet de retracer cette expansion.

La théorie qui fait consensus chez la plupart des paléontologues serait que nos ancêtres humains sont apparus en Afrique il y a 300.000 ans, et l’ont quittée pour coloniser les continents voisins. Suite à une grande immigration qui aurait eu lieu il y a entre 70.000 et 60.000 ans, initiant l’expansion d’Homo sapiens à travers la planète. Cependant, une étude qui vient de paraître souligne que des traces bien plus anciennes d’Homo Sapiens en dehors d’Afrique ont néanmoins été découvertes. Notamment en Arabie Saoudite (il y a au moins 85.000 ans), en Israël (il y a au moins 100.000 ans) ou en Grèce (il y a 210.000 ans). Pour expliquer cela, le rapport suggère que la dispersion d’Homo sapiens hors d’Afrique ne s’est pas faite en une seule fois, mais par vagues successives, sur plusieurs centaines de milliers d’années.

UNE MIGRATION MOTIVÉE PAR DES VARIATIONS CLIMATIQUES

Afin d’identifier ces différentes vagues de migration, les scientifiques ont reconstitué l’histoire des variations paléoclimatiques sur une échelle de 300 000 ans. Ensuite, ils ont utilisé les données récoltées, avec des estimations de la quantité minimale de pluie requise par ces hommes, des chasseurs-cueilleurs, pour survivre à des changements climatiques extrêmes. Les résultats obtenus leur ont permis d’évaluer les moments, où Homo sapiens a profiter de conditions météorologiques clémentes pour quitter son berceau africain, à des dizaines de milliers d’années intervalles.

DES MIGRATIONS QUI SE FAISAIENT PAR INTERMITTENCE

Les variations climatiques ont donc joué un grand rôle dans les migrations d’Homo Sapiens en rendant accessible certaines voies d’accès durant un certain laps de temps. L’étude pointe notamment le cas de la péninsule arabique, pour laquelle il y avait à l’époque deux voies d’accès la rendant accessible pour Homo Sapiens. Il y avait donc soit la voie du nord en passant par l’Égypte actuelle puis le Sinaï, ou la voie du sud, en passant par le détroit de Bal el-Mandeb au niveau du Yémen. La voie du nord symbolise parfaitement l’influence du climat sur ces vagues migratoires. En effet, elle était ouverte périodiquement d’abord avant la première période interglaciaire, entre – 246 000 et – 200 000 ans. Puis elle fut de nouveau accessible de – 130 000 ans à – 96 000 ans, avant de se refermer à nouveau. Des migrations d’Homo Sapiens ont donc pu avoir lieu à ce moment-là. Ce qui coïncide avec des données archéologiques existantes ainsi qu’avec les datations du croisement génétique entre Sapiens et Néandertal, qui ont eu lieu entre – 250 000 et – 130 000 ans. Ainsi, nos ancêtres étaient de grands explorateurs qui n’ont pas attendu la grande immigration qui a eu lieu entre 70.000 et 60.000 ans pour partir à la conquête de la Terre.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-08-25T11:22:41+02:0025 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser