fbpx
x

(PALÉONTOLOGIE) Les Néandertaliens étaient certainement de vrais artistes

7 juillet – Une sculpture retrouvée sur le site archéologique d’Einhornhöhle dans les montagnes du Harz, dans le nord de l’Allemagne présente un motif linéaire composé de six gravures qui forment cinq chevrons empilés. De tels motifs délibérément gravés sur un os appartenant à un cerf géant sont des signes qui montrent que les Néandertaliens possédaient la capacité de la pensée symbolique. On sait déjà que l’homme de Neandertal revêtait des plumes, qu’ils dessinait des peintures rupestres et crée des bijoux. Cela n’a donc par surpris les archéologues d’apprendre que ces ancêtres ont également gravé des motifs sur des os. La découverte de cette sculpture vieille de 51 000 ans, telle qu’elle est décrite (ndlr : publication en anglais) dans Nature Ecology & Evolution, est une preuve supplémentaire du comportement plus raffiné qu’on ne peut l’imaginer des Néandertaliens. 

Pour Silvia Bello, archéologue au Natural History Museum de Londres « La preuve de décorations artistiques suggère la production ou la modification d’objets pour des raisons symboliques au-delà de la simple fonctionnalité, ajoutant une nouvelle dimension à la capacité cognitive complexe des Néandertaliens ». L’étude et les analyses de la sculpture dirigées par l’archéologue Dirk Leder du Service d’État pour le patrimoine culturel de Basse-Saxe à Hanovre, en Allemagne montrent que les « gravures parallèles et régulièrement espacées ont des dimensions comparables et ont très probablement été crées selon une approche uniforme suggérant un acte intentionnel ».

DATATION AU CARBONE 14

L’analyse microscopique du fossile démontre que l’os a été bouilli, ce qui a probablement été fait pour le ramollir. Selon les analyses au carbone 14, l’os date du Paléolithique moyen, peu de temps avant l’arrivée d’Homo sapiens dans la région. Ce qui laisse penser que cet os est une sculpture est que les marques ne ressemblent pas à celles généralement associées à la découpe de la viande. Cela démontre que l’objet ne fut « d’aucune utilité pratique », donc qu’il a eu une fonction plus décorative avec une symbolique importante, étant donné la rareté des cerfs géants au nord des Alpes au cours de cette période. 

DES DOUTES SUBSISTENT

Cette année, des preuves génétiques ont situé l’arrivée de l’homme moderne en Europe centrale, il y a environ 45 000 ans, ce qui est postérieur à la sculpture d’environ 6 000 ans. Un écart de datation, qui indique que si l’artefact appartient bien aux Néandertaliens, il n’est pas tout à fait invraisemblable d’imaginer que l’œuvre qui y figure ait pu être réalisée par Homo sapiens. Malgré cette remise en question, les scientifiques pensent qu’il est, toutefois, tout à fait possible que les Néandertaliens soient les artistes de cette sculpture sur os, et que Homo Sapiens n’ai rien à voir avec cela. Pour rappel, les Néandertaliens avaient des mœurs déjà très évoluées. On sait qu’ils avaient ritualisé la mort, qu’ils enterraient leurs proches, qu’ils faisaient attention à leur dentition et qu’ils prenaient soin des handicapés. On peut penser qu’ils étaient suffisamment avancés pour créer des œuvres symboliques.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-07T18:05:47+02:007 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser