Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

31 juillet 2020 – Hier à Cape Canaveral en Floride, la fusée Atlas V-541 a décollée à 11 h 50 UTC avec à son bord le petit rover de la NASA, Perseverance. Mais seulement quelques heures plus tard, la mission a rencontré quelques soucis techniques qui ont valu une belle frayeur à la NASA.

UN PROBLÈME DE PROXIMITÉ

Matt Wallace, chef de projet adjoint à la mission, s’est exprimé sur le blog de la NASA afin de rassurer tout le monde. Après le lancement de la fusée, un premier problème s’est présenté.

Le vaisseau se trouvant proche de la Terre après le lancement, les récepteurs au sol de la NASA se sont trouvés saturés, ce qui a compliqué le contact avec le vaisseau. Ce n’était toutefois pas grave selon Wallace qui explique que ce n’est pas la première fois que les équipes s’y trouvent confrontées et qu’il a suffi de très légèrement changer le pointage des antennes pour empêcher la saturation tout en leur permettant de capter le signal.

IN THE SHADOWS

Le deuxième problème survenu concerne cette fois-ci la température à l’intérieur du vaisseau. Celle-ci est constamment scrutée et maintenue à un certain thermostat qui permet le bon fonctionnement de l’appareil, notamment de le faire voler jusqu’à la planète rouge.

Cependant, sur sa trajectoire, le vaisseau s’est retrouvé dans l’ombre de la Terre et donc coupé des rayons du soleil, ce qui a provoqué une chute brutale de la température à bord. Les radiateurs envoyaient de l’air chaud et froid en même temps, déclenchant une alarme et entrainant le vaisseau à passer en mode « sans échec ». Le vaisseau n’utilise donc que ses fonctions essentielles depuis plusieurs heures.

Pas de panique pour autant, la NASA explique que ce passage en « sans échec » était plus ou moins attendu puisque lors des tests effectués, les équipes n’étaient pas en mesure de recréer les différents environnements que traverserait le vaisseau et que la trajectoire de Perseverance est différente de celle de Curiosity, le premier rover envoyé par la NASA sur Mars, ce qui ne permettait pas de le prendre comme référence. Des limites de température avaient donc été fixées et si elles se trouvaient dépassées, comme cela vient d’être le cas, le vaisseau passe automatiquement en mode sans échec afin de compléter sa mission sans trop de problèmes.

La NASA travaille actuellement à rétablir le mode « croisière » de la mission.

Margaux Naudin (Rédaction btlv.fr / Source NASA blogs)