Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

+4000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je rejoins BTLV

30 avril 2020 — Alors que la France est confinée, la pulvérisation des pesticides bat son plein. Jusqu’en juin, la pulvérisation de ces derniers en zone habitable est facilitée. C’est par la voix de l’ONG France Nature Environnement que nous apprenons la nouvelle. Associée à 9 autres ONG (Alerte des médecins sur les pesticides / Collectif des victimes des pesticides de l’ouest / Collectif des victimes des pesticides des HdF / Collectif vigilance OGM 16 / Générations Futures / Ligue de protection des oiseaux / Solidaires / UFC-Que Choisir Eau et Rivières de Bretagne), elle a saisi le Conseil d’État à propos de l’épandage de pesticides à proximité de zones habitées. Le collectif rappelle les dangers de l’épandage et le non-respect des distances de protection déjà ridiculement faibles au vu des problèmes liés à notre santé.

UNE DATE NOIRE POUR L’HOMME

C’est le 3 février dernier que fut signée par le Ministère de la transition écologique et solidaire, celui de l’économie et des finances, celui des solidarités et de la santé, celui de l’agriculture et l’alimentation, l’instruction technique qui a pour motif le «renforcement de la protection des riverains susceptibles d’être exposés aux produits phytopharmaceutiques». Une note censée protéger les riverains des parcelles traitées par les épandages de pesticides, mais qui, en ce moment, n’est pas respectée. En effet, des dérogations sont délivrées afin de permettre aux épandeurs de passer outrel’obligation de respecter des zones sans traitement en l’absence de charte.Des chartes normalement signées par les préfets. D’après France Nature Environnement, l’instruction du 3 février stipule qu’il n’y a « pas besoin de concertations autour de chartes, ni d’approbations préfectorales : il suffit d’un simple projet de charte pour pouvoir pulvériser des produits toxiques à des distances encore plus faibles des habitations et des riverains qui y sont confinés, et ce jusque fin juin, période durant laquelle les épandages sont nombreux. »

LE CONFINEMENT PROFITE AUX ÉPANDEURS

Toujours d’après France Nature Environnement, le confinement permet au gouvernement de faire passer des projets difficiles en se limitant à des consultations publiques en ligne,par exemple une centrale de production d’électricité au fioul dans les mangroves de Guyane, l’implantation de nouvelles antennes relais téléphoniques ou la construction d’une route dans l’Allier. Un projet discuté il y a déjà 25 ans et qui devient tout à coup une priorité.

Bob Bellanca (source France Nature Environnement)