fbpx

PLANÈTE : Reforestation dangereuse ?

25 juin 2020 – Et si planter des arbres pour sauver la planète était plus néfaste que bénéfique ? C’est en tous cas ce qu’affirment deux études menées par un groupement de chercheurs internationaux.

Suite à bon nombre d’initiative de protection de l’environnement, des campagnes d’afforestation sont mises en œuvre tout autour du globe. Et pourtant, deux études sèment le doute dans nos convictions. Il semblerait que « mal planté », ces arbres seraient plus nocifs que profitables pour l’environnement.

Mais comment planter des arbres pourrait-il être pire que de ne rien faire? La réponse est dans la planification. Si l’initiative est mal pensée, les chercheurs affirment que, au-delà d’une perte d’argent considérable, on se retrouve à libérer des quantités massives de carbone et qu’on détruit au passage la biodiversité locale.

UNE QUESTION DE PLANIFICATION

L’une des études s’est intéressée au Chili. Un décret gouvernemental incitait les propriétaires terriens à planter des arbres pour lutter contre l’érosion des sols grâce à des subventions. Évidement, cela a conduit à des dérives. Même si la loi ne prévoyait pas de subventions pour les terrains déjà boisés, son application laxiste a conduit des propriétaires à raser des hectares pour replanter, réduisant ainsi la surface des forêts naturelles.

Les arbres plantés artificiellement absorbant moins bien le carbone que les forêts originelles, on se retrouve avec plus de CO2 qu’au départ.

Une deuxième étude menée en Chine s’est penchée sur la concentration en carbone dans les sols de zones boisées. Dans le cas d’une zone naturellement boisée, la concentration y est forte. Dans le cas de zones reboisées, celle-ci est accrue. Pourtant, on a constaté un déclin de cette concentration dans les sols déjà boisés où l’on a ajouté de nouveaux arbres.

Reboiser oui, mais il faut prendre en compte la concentration carbone du sol. Si celle-ci est dense, il faudrait laisser la nature faire son œuvre et ne pas interférer. Qui plus est, les chercheurs affirmaient en 2019 que 80 % de ces plantations massives étaient en réalité monoculture, suggérant un appauvrissement des sols et un intérêt économique non explicité.

Rédaction btlv.fr (source Geo)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) Est-il dangereux de jouer au Ouija ?

28 février 2021 – Pour capter des informations ou par amusement, les adeptes du spiritisme s’adonnent au Ouija (prononcé « oui-ja »). Invention du XIXème siècle, cette planche sur laquelle se trouvent les lettres de l’alphabet, les chiffres, et les termes « oui », « non » voire « bonjour » et « au revoir », semble pouvoir être l’intermédiaire entre le monde de l’au-delà et les vivants. Les utilisateurs du Ouija questionnent l’esprit qui serait « appelé » en séance par l’intermédiaire d’un objet (un verre ou une « goutte »). Ce dernier se dirige vers les symboles, les uns après les autres, afin de constituer des réponses à leurs questions. Pour certains, le déplacement est dû à l’énergie des participants ou à l’effet idéomoteur (mouvements inconscients des personnes qui touchent l’objet durant la séance), pour d’autres à des entités appartenant au monde du subtil ou au royaume des défunts.

Alors que la communauté scientifique considère la pratique comme une pseudoscience, et que pour certains parapsychologues, le Ouija est sans danger particulier, un certain nombre de médiums déconseillent fortement de  » jouer avec ça « . En effet, des expériences négatives en séance et/ou des conséquences indésirables pourraient se manifester en s’adonnant à la pratique du Ouija (voir la libre antenne BTLV du 25 janvier).

En 1901, William Fuld, inventeur et entrepreneur américain de Baltimore (Maryland), a commencé la production de ses propres planches sous le nom de « Ouija ». D’après lui, « Ouija » serait un ancien mot égyptien signifiant  » bonne chance. » Il est aussi la combinaison de « oui » en français et en allemand. Le Ouija fût considéré pendant longtemps comme un jeu de société, puis pendant la première guerre mondiale, Pearl Curran (médium américaine) en a fait un support de divination. Elle aurait été guidée, via le Ouija par Patience Worth pour écrire ses romans.

Les spirites disent que le Ouija est une forme de médiumnité qui permettrait de communiquer avec d’autres plans. Pour les religions monothéistes, cette pratique est liée à l’occulte, et ceux qui participent à des séances de Ouija parlent en réalité avec le Diable ou des entités négatives.

Alors si comme dans le film  » Jumanji « , vous préférez ne pas être obligé de terminer la partie, mieux vaut peut-être ne pas la commencer … Cependant, pour les plus audacieux d’entre vous, pourquoi ne pas aller passer une soirée au château de Fougeret, dans la Vienne, pour oser l’expérience avec Véronique Geffroy, une experte en la matière ?

Voir également l’émission  » Les Affranchis de l’info  » : Paranormal, peut-on tout expliquer ? (réservé aux abonnés)

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2020-06-30T23:16:16+02:0025 juin 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser