fbpx

(PRÉHISTOIRE) Les symboles de la géométrie signent peut-être la singularité de l’être humain

10 mai 2021 — L’être humain serait doté d’une capacité innée à distinguer des formes géométriques, signant sa singularité face aux autres primates, incapables d’apprendre ce « langage », selon une étude empirique de chercheurs en neurosciences.

De la plus ancienne gravure attribuée à Homo sapiens –des lignes parallèles datant de 73.000 ans– aux maisons dessinées par les enfants modernes dès leur plus jeune âge, le goût pour les formes géométriques régulières est universel chez l’Homme.

Il indique que les humains disposent d’un « langage de pensée » symbolique sans doute propre à leur espèce, selon l’étude signée par le doctorant Mathias Sablé-Meyer, de l’Université Paris-Saclay (PSL)/Collège de France.

Une équipe de chercheurs de NeuroSpin (le centre de recherche sur l’imagerie cérébrale du CEA dirigé par le neuroscientifique Stanislas Dehaene) a mené une expérience montrant « que des intuitions de géométrie sont présentes chez les humains, mais absentes chez les babouins », affirme l’étude publiée fin avril dans les Proceedings de l’Académie américaine des sciences.

L’expérience consiste à « trouver l’intrus » parmi six formes géométriques simples, -des quadrilatères-, dont une seule a une irrégularité, comme un côté un peu plus long, une erreur de parallélisme ou un angle différent. Puis à répéter l’opération, toujours avec un quadrilatère, mais de plus en plus complexe.

 Ces formes  géométriques restent encore une énigme à ce jour

ENFANTS DE MATERNELLE

Elle exploite l’effet de régularité géométrique, qui postule que l’on repère l’intrus d’autant plus simplement et rapidement que la forme examinée est une figure régulière, comme un carré. Et qu’inversement, il est plus difficile de le repérer quand la figure est plus compliquée, en passant du losange au trapèze, jusqu’à un quadrilatère irrégulier, c’est à dire sans angle droit ni côtés identiques ou parallèles.

Typiquement l’humain testé trouve quasiment toujours l’intrus parmi des carrés. Son taux d’erreur monte à 40% avec un quadrilatère irrégulier.

Avec la collaboration de Joël Fagot, du laboratoire de psychologie cognitive du CNRS (Université Aix-Marseille), des babouins ont été entraînés à ce jeu. Avec d’excellents résultats avec des images non-géométriques, comme une cerise rouge à distinguer au milieu de tranches de pastèque.

Mais dès qu’ils sont passés à des formes géométriques, « leurs performances se sont effondrées », selon l’étude. « Les babouins se trompent partout », quelles que soient les formes, a expliqué à l’AFP Mathias Sablé-Meyer.

Facile, diront les sceptiques. Les adultes réussissent mieux que les babouins car ils ont retenu leurs leçons de géométrie.

Et non! Car même s’ils sont moins efficaces à la tâche, on observe le même effet de régularité géométrique chez des enfants de maternelle, à peine sortis de l’âge où l’on joue au cube, et chez ceux de première année d’école primaire.

NOMADE DE NAMIBIE

Encore facile, diront les plus sceptique, les enfants testés ayant des rudiments de géométrie, et vivant dans un univers fait de lignes et d’angles.

Et encore raté. Les chercheurs, avec l’aide de Serge Caparos, du département de psychologie de Paris-8 Nanterre, ont fait passer le test à des adultes Himbas, un peuple pastoral du nord de la Namibie. Avec des résultats comparables à ceux des jeunes enfants français.

Pourtant « on sait qu’ils n’ont pas de noms pour les formes géométriques, ni d’éducation formelle sur leurs propriétés », rappelle M. Sablé-Meyer.

Nomades, ils vivent de surcroît dans un environnement « non-charpenté », libre de formes géométriques, souligne l’étude, qui met en regard celui des babouins testés, qui « ont grandi dans un environnement de laboratoire, très construit ».

Les chercheurs en concluent que l’humain dispose d’une capacité d’abstraction symbolique, un « langage » utilisant des notions comme l’angle droit ou le parallélisme, qui lui est propre.

Ils ont confirmé leur proposition en utilisant deux modèles d’intelligence artificielle. Le premier, qui « copie superficiellement la structure du cortex visuel », -lié à des taches de perception-, prédit plutôt bien le comportement des babouins. Mais pour rendre compte de celui des humains, il faut passer par un deuxième, en le nourrissant « d’informations symboliques, des principes de géométrie euclidienne ».

L’étude porte une citation de Galilée, pour qui l’Univers « est écrit en langue mathématique, et ses caractères sont des triangles, des cercles et d’autres formes géométriques,… ».

Rédaction btlv.fr avec AFP

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ASTRONOMIE) Une étoile clignote au centre de notre galaxie

14 juin 2021 – A première vue, on pourrait penser que le phénomène n’a rien de véritablement inédit, et a déjà été répertorié à plusieurs reprises ; en effet, des étoiles dont la luminosité varie, cela existe et ce n’est plus tout à fait une nouveauté.

Pourtant une étoile en particulier, baptisée “VVV-WIT-08”, par les astronomes ne ressemble pas à ces premiers cas déjà recensés. Ce mystérieux astre à été repéré par des chercheurs de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, en étudiant les données enregistrées par le télescope Vista, de l’Observatoire européen austral (ESO), basé au Chili. D’ailleurs, ce télescope sert spécifiquement à observer près d’un milliard d’étoiles, dans le but d’y repérer d’éventuelles variations de luminosité. « Parfois, nous trouvons des étoiles variables qui n’entrent dans aucune catégorie établie. Nous les surnommons les objets “WIT” », explique, dans un communiqué, Philip Lucas qui est chercheur à l’Université d’Hertfordshire, au  Royaume-Uni.

Et pour cause, les astronomes ont observé la luminosité de l’étoile VVV-WIT-08 diminué de 97% pourcent ! Une quasi disparition, mais de courte durée, puisque quelques semaines plus tard, l’étoile réapparaissait, aussi brillante que d’habitude.

UNE NOUVELLE CLASSE D’ÉTOILES

Pour tenter d’expliquer cette perte de luminosité brutale et soudaine, de l’étoile VVV-WIT-08, les scientifiques ont étudié plusieurs pistes…

A partir de ces hypothèses, les scientifiques ont tout d’abord pensé qu’un objet sombre avait pu passer devant l’étoile, bloquant ainsi les rayons émis par VVV-WIT-08 ; une piste appuyée par le fait que l’astre se trouve dans une région assez dense de notre galaxie, au centre de la Voie lactée.

Une première théorie mise à l’écart par la suite, lorsque des simulations ont permis aux chercheurs de s’apercevoir qu’il faudrait que le nombre d’objets volants au sein de notre galaxie soit bien plus important, afin d’en arriver à un tel résultat.

Désormais, les scientifiques s’intéressent à une nouvelle, qu’ils jugent plus probable. Pour eux, VVV-WIT-08 appartient certainement à une nouvelle classe, parmi le système des étoiles binaires une nouvelle catégorie désormais désignés comme “géantes clignotantes”.

Selon les chercheurs ces nouvelles géantes clignotantes sont donc des étoiles géantes, en moyenne 100 fois plus grande que notre Soleil, mais qui malgré leurs tailles, se font tout de même éclipser de temps en temps, environ une fois sur plusieurs décennies, par un autre astre pour le moment indéterminé. Il pourrait aussi bien s’agir d’une seconde étoile, que d’une planète dont le disque opaque parviendrait à éclipser des géantes clignotantes, comme VVV-WIT-08.

Samuel Agutter (rédaction bltv.fr)

2021-05-10T16:42:42+02:0010 mai 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser