fbpx

RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE : la température la plus élevée du monde enregistrée en Californie

18 août 2020 – Si la France vient de sortir d’un épisode caniculaire, la situation ne s’améliore pas partout. La Vallée de la Mort en Californie vient d’enregistrer la température la plus élevée du monde depuis le début des relevés : 54.5°C.

Si les mesures enregistrées dimanche dernier durant l’après-midi par le National Weather Service s’avéraient exactes, il s’agirait du record du monde de température jamais enregistré. 54.5°C dans le désert des Mojaves en Californie, plus précisément dans la Vallée de la Mort.

TEMPÉRATURE LA PLUS ÉLEVÉE DU MONDE

Cette température extrême a été enregistrée dans le Ruisseau de la Fournaise à 15h41 par le National Weather Service, un système d’enregistrement automatique. La température la plus élevée de la région, la plus élevée du monde également, était jusqu’ici de 54°C en 2013. Pourtant, une température de 56.6°C aurait été enregistrée dans la région en 1913, mais celle-ci reste à ce jour contestée.

L’OMM (Organisation Météorologique Mondiale) s’est exprimée sur Twitter à ce sujet, expliquant qu’elle allait vérifier cette température, tout comme d’autres organismes météorologiques.

Gardons tout de même à l’esprit que les pays du Moyen-Orient subissent régulièrement depuis plusieurs années des températures extrêmes de plus de 50°C, notamment le 30 juillet dernier où 52.8°C ont été enregistrés à l’aéroport de Bassorah.

ET CE N’EST PAS FINI

Ce pic de température survient au beau milieu d’une vague de chaleur extrême sur la côte ouest des Etats-Unis, et cela ne devrait pas faiblir. Les prévisions pour la journée d’aujourd’hui sont même à la hausse par rapport à celles de Dimanche, avant de faiblir dans les jours à venir.

Une situation très problématique pour le fournisseur d’électricité California Independent System Operator, l’exploitant de l’état de Californie. Les fortes chaleurs conduisent les américains à utiliser de manière extrême l’air conditionné de leurs domiciles et des lieux publics, provoquant une surcharge sur le réseau. Cela a forcé le groupe à couper le réseau de 4 millions de personnes vendredi soir.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ÉGYPTE) Un chapitre entier du «Livre des morts» a été découvert à Saqqarah

22 janvier 2021 — Dans la nécropole de Saqqarah, a été retrouvé l’un des artefacts les plus intéressants : un papyrus de 4 mètres de long contenant le chapitre 17 du Livre des Morts. Un manuscrit que les anciens Égyptiens utilisaient pour aider les morts dans l’au-delà. Le nom du propriétaire du papyrus est écrit dessus – « Puhaf »; le même nom a également été trouvé sur l’un des cercueils en bois et sur quatre poupées shabtidestinées à servir les morts dans l’au-delà. Le papyrus a été déterré dans un puits funéraire à côté de la pyramide du mari de la reine Neit, le pharaon Teti, qui a gouverné l’Égypte entre 2323 et 2291 avant JC. Une annonce a été faite par un représentant du ministère égyptien des Antiquités.

Les scientifiques tentent de déchiffrer le texte, d’autres exemplaires du chapitre 17 ont déjà été traduits. Ils contiennent une série de questions et de réponses, une sorte de feuille de route pour les morts essayant de naviguer dans l’au-delà. Il n’est pas encore possible de dire avec certitude si la copie récemment trouvée du chapitre 17 a le même format et les mêmes énigmes.

Un chapitre entier du livre des morts © Ministère égyptien des Antiquités

VERS UNE MEILLEURE  CONNAISSANCE DU CULTE DES MORTS 

Les archéologues ont trouvé également trois entrepôts en briques de terre, dans lesquels étaient conservées des offrandes à la reine et à son mari. Près de la pyramide, on a également découvert une série de tumulus contenant les restes de personnes ayant vécu pendant les 18e et 19e dynasties égyptiennes (1550 av.J.-C. – 1186 av.J.-C.). On pense que les gens voulaient être enterrés près de la pyramide du pharaon. Jusqu’à présent, l’équipe a découvert plus de 50 cercueils en bois, ainsi que de nombreux autres objets. À l’intérieur de la tombe, une stèle qui appartenait à un homme nommé Haptah, a été identifié comme le gardien du char de guerre du pharaon. Au sommet de la stèle se trouve un couple (Haptah et son épouse Mvtemvii) rendant hommage à Osiris, le dieu égyptien des enfers, et en bas se trouve le même couple assis sur des chaises avec six enfants devant eux. Trois filles sont représentées en train de renifler des fleurs de lotus, et leurs trois fils – debout côte à côte:

Haptah a peut-être été au service de Ramsès II, célèbre pour ses campagnes militaires qui ont étendu l’empire d’Égypte à la Syrie actuelle. L’inscription sur la stèle indique que deux des enfants de Haptakh portent le nom de membres de la famille Ramsès II. L’une des filles de Kaptakh s’appelle Néfertari (du même nom que l’épouse principale de Ramsès II), et l’un de ses fils s’appelle Khamveset (le même nom que l’un des fils de Pharaon). D’autres découvertes dans des tumulus près de la pyramide comprenaient une hache en bronze, des jeux de société, des statues d’Osiris et plusieurs momies, y compris la momie d’une femme qui semble avoir souffert d’une maladie génétique qui provoque une fièvre récurrente et une inflammation de l’abdomen, des articulations et poumons.

Bientôt sur btlv une émission avec l’anthropologues Fernand Schwarz sur les livres des morts égyptiens en attendant vous pouvez écouter en replay l’émission sur la géométrie sacrée de l’Égypte (réservé aux abonnés).

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2020-08-18T20:03:13+02:0018 août 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser