fbpx

(RELIGION) Une séance d’exorcisme s’est déroulée au Congrès Américain

16 novembre 2020 — Cela serait impensable en France, mais pas aux États-Unis où la religion est intégrée dans leur constitution, les présidents américains prêtant serment sur la Bible.

Pourtant, une « séance d’exorcisme » a été menée par un prêtre au Congrès US l’année dernière.

Après l’adoption par la chambre basse du Congrès américain d’une motion qualifiant les propos de Donald Trump de « racistes », l’aumônier de la Chambre des représentants a jugé nécessaire de « chasser les esprits sombres » du Congrès. La scène de la prière du prêtre Pat Conroy a été diffusée en direct sur la chaîne de télévision C-SPAN et a été par la suite comparée par CNN à une « séance d’exorcisme ».

La prière de l’aumônier Pat Conroy a été spécialement écrite pour ne refléter aucune position politique, et n’offenser personne.

« Cette semaine a été difficile et controversée. Au cours de celle-ci des esprits sombres semblent être intervenus dans la Chambre des représentants. En Ton nom saint, je chasse maintenant tous les esprits des ténèbres de cette chambre, des esprits qui ne sont pas de Toi », a-t-il annoncé avant de prononcer la prière.

« Glorifiant ton nom, Seigneur, je chasse tous les esprits des ténèbres de cette salle. Je chasse l’esprit de découragement qui tue l’espoir », a ajouté l’aumônier.

Quelques jours  plus tôt, le 15 juillet, le Parti démocrate avait accusé le président du pays Donald Trump de racisme pour ses propos sur les femmes non américaines qui sont dans le parti.

François Deymier (rédaction btlv.fr

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ZOOLOGIE) Le « loup sinistre » histoire d’une disparition totale

17 Janvier 2021 – Disparu il y a 13 000 à 50 000 ans, l’imposant loup d’Amérique du Nord, le canis dirus, littéralement « loup sinistre », mais également appelé « loup terrible » est un animal emblématique de la faune préhistorique de l’âge de glace.

Il est parti sans laisser de traces génétiques chez les loups contemporains, qu’il aurait pourtant côtoyé, selon une récente étude.

LE PLUS GRAND CANIDÉ CONNU

Le « loup sinistre », était au minimum 40% plus grand que le loup gris actuel. Un loup dont il est le cousin génétique, mais pas l’ancêtre. Depuis plus de cent ans, les biologistes pensaient pourtant que le canis dirus était une sous espèce de ce loup gris commun.

Les deux espèces ont même été en compétition, et malgré son plus petit gabarit, c’est bien le loup gris qui a fini par s’imposer.

DES FOSSILES EN QUANTITÉ

Les études ne manquaient pas, au sujet du « loup sinistre ».

En effet, le prédateur a rôdé durant des millions d’années sur le continent nord-américain, laissant derrière lui une abondance de fossiles. Particulièrement dans le gisement du « Rancho La Brea », en Californie ; lieu où des restes d’animaux datant du Pléistocène (période ponctuée de cycles glaciaires) ont été conservés.

Mais ces ossements n’avaient pas encore tout dit, leur analyse se limitant à l’anatomie. Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs a fait appel à la génétique, leurs travaux sont publiés dans la revue Nature.

Les chercheurs ont ainsi pu analyser de l’ADN de fossiles vieux de près 50.000 ans, découverts aux Etats-Unis, dans le Wyoming, l’Idaho, l’Ohio et le Tennessee. De plus, ils sont parvenus à séquencer des protéines de collagène, un biomarqueur permettant la comparaison avec d’autres espèces, récupérées sur les os du site de« Rancho La Brea ».

COMMENT EXPLIQUER LA DISPARITION DU « LOUP SINISTRE » ?

« Canis dirus » fut ainsi « incapable de survivre par le biais d’autres gènes », qui auraient, par exemple, pu lui permettre de résister à des maladies « importées ». Et comme ses proies, les autres grands mammifères, disparaissent, il s’est retrouvé « dans une impasse de l’évolution », analyse le biologiste Laurent Frantz.

Aussi, ce méga-carnivore a prospéré seul pendant des millions d’années, chassant la riche faune de grands mammifères, comme les bisons, qui peuplaient alors l’hémisphère nord. Et ce, jusqu’à ce que débarquent des loups et des coyotes, venus d’Eurasie. Avec ces nouveaux arrivants, il aurait cohabité « pendant les 20.000 dernières années de son existence », explique Laurent Frantz. Mais sans se reproduire, puisqu’on ne retrouve plus aucune trace du matériel génétique du « loup sinistre ».

Pour finir, ce dernier était sans doute « trop spécialisé », alors que le loup commun « plus « flexible », a su s’adapter aux variations de températures et traverser l’histoire. « Le loup gris est très résistant. La seule chose qui lui pose un problème aujourd’hui, c’est l’homme », conclut le scientifique.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

 

2020-11-16T16:44:13+01:0016 novembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser