fbpx

RUSSIE : Un bébé otarie albinos très rare découvert en mer d’Okhotsk

15 septembre 2020 – Un biologiste russe a découvert début septembre un rarissime bébé otarie albinos au beau milieu d’une colonie située dans la mer d’Okhotsk, au large de la Russie. Mais son pelage roux pourrait lui porter préjudice.

Ce bébé otarie récemment découvert par le biologiste Vladimir Burkanov et particulièrement reconnaissable par son pelage roux. Une observation des plus intéressantes, car l’on rencontre peu de cas d’albinisme chez les otaries, puisque les individus atteints peinent à survivre à cause de la colonie elle-même.

Crédit : compte Instagram de Vladimir Burkanov

« LE VILAIN PETIT CANARD »

L’albinisme est particulièrement rare chez les otaries. En effet, la probabilité qu’un spécimen naisse avec cette mutation est d’une pour 100 000. Cette particularité a valu à cette petite otarie le surnom de « vilain petit canard ». Même s’il semble que sa mère l’a nourri comme il fallait, ce bébé otarie pourrait se retrouver au ban de sa colonie, véritablement rejeté par celle-ci. Le cas échéant, il ne parviendrait pas à survivre par lui-même, puisque l’albinisme, on le sait, provoque une détérioration des sens qui le rend plus vulnérable aux prédateurs que ses congénères.

Ce phénomène a déjà pu être observé en 2011 : une otarie albinos nommée Nafanya avait été totalement mise à l’écart par sa colonie. Elle avait été sauvée en étant envoyée au Delphinarium de Sotchi, notamment pour déterminer l’origine de la mutation génétique qu’elle présentait.

Cependant, une otarie albinos adulte a été repérée sur l’île de Béring par Sergey Fomin en 2017. Elle pourrait être selon Burkanov, qui documentait le cas sur son compte Instagram, le premier cas de survie documenté dans la région.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(TECHNOLOGIE) Un aspirateur autonome pour nettoyer les rues

9 mai 2021- Si les robots aspirateurs autonomes, sont désormais très bien connus du grand public, se différenciant par des formes rondes et aplaties, qui leur permettent de pouvoir se glisser dans les endroits les plus difficiles d’accès, tout en évitant les collisions ; la version très grand format de ces aspirateurs d’un nouveau genre, aimerait elle aussi se faire un nom, dans le nettoyage en milieu urbain, cette fois-ci.

UN NETTOYAGE AUTONOME 

Des aspirateurs géants, pour nettoyer les rues en toute autonomie ! C’est exactement ce que propose l’entreprise finlandaise “Trombia Technologie”, qui a récemment entrepris de tester les capacités de son robot de nettoyage urbain, en conditions réelles.

Son nom est Trombia Free, d’une allure massive et futuriste cet aspirateur géant d’une taille de 3,52 mètres de long, et 2,3 mètres de large, vient d’être utilisé afin de nettoyer toute une piste cyclable située dans la capitale finlandaise, Helsinki.

Afin d’éviter les différents présents sur son chemin, sans risquer de bloquer l’appareil, le robot est doté d’un système Lidar (télédétection par laser), ainsi que de puissants capteurs optiques. Autre point fort, Trombia Free peut fonctionner aussi bien de jour que de nuit, et par tous les temps.  Quant à la vitesse de fonctionnement, le robot pourrait atteindre une vitesse de 10 kilomètres par heure, toutefois bridée entre 2 et 6 km/h, pour une meilleure efficacité.

Côté consommation d’énergie, le constructeur de Trombia Free affirme que son aspirateur robot utiliserait à peine 15 pourcents de la puissance habituellement mobilisée par les systèmes de nettoyage urbain traditionnels.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-09-15T11:59:44+02:0015 septembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser