fbpx

RUSSIE : Un bébé otarie albinos très rare découvert en mer d’Okhotsk

15 septembre 2020 – Un biologiste russe a découvert début septembre un rarissime bébé otarie albinos au beau milieu d’une colonie située dans la mer d’Okhotsk, au large de la Russie. Mais son pelage roux pourrait lui porter préjudice.

Ce bébé otarie récemment découvert par le biologiste Vladimir Burkanov et particulièrement reconnaissable par son pelage roux. Une observation des plus intéressantes, car l’on rencontre peu de cas d’albinisme chez les otaries, puisque les individus atteints peinent à survivre à cause de la colonie elle-même.

Crédit : compte Instagram de Vladimir Burkanov

« LE VILAIN PETIT CANARD »

L’albinisme est particulièrement rare chez les otaries. En effet, la probabilité qu’un spécimen naisse avec cette mutation est d’une pour 100 000. Cette particularité a valu à cette petite otarie le surnom de « vilain petit canard ». Même s’il semble que sa mère l’a nourri comme il fallait, ce bébé otarie pourrait se retrouver au ban de sa colonie, véritablement rejeté par celle-ci. Le cas échéant, il ne parviendrait pas à survivre par lui-même, puisque l’albinisme, on le sait, provoque une détérioration des sens qui le rend plus vulnérable aux prédateurs que ses congénères.

Ce phénomène a déjà pu être observé en 2011 : une otarie albinos nommée Nafanya avait été totalement mise à l’écart par sa colonie. Elle avait été sauvée en étant envoyée au Delphinarium de Sotchi, notamment pour déterminer l’origine de la mutation génétique qu’elle présentait.

Cependant, une otarie albinos adulte a été repérée sur l’île de Béring par Sergey Fomin en 2017. Elle pourrait être selon Burkanov, qui documentait le cas sur son compte Instagram, le premier cas de survie documenté dans la région.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(OVNI) Un contact avec une IA extraterrestre est plus plausible qu’avec un E.T.

23 juin 2021 — Selon l’astronome américain Seth Shostak, si on entre un jour en contact avec une civilisation extraterrestre, il est peu probable que ce soit des « petits hommes verts ».

Dans un article paru dans  The Guardian , Seth Shostak, astronome senior du  SETI, une association qui recherche l’intelligence extraterrestre, soutient que les extraterrestres sont plus susceptibles d’être de l’intelligence artificielle (IA) quand se produira le premier contact.

En revanche Seth Shostak est sceptique au sujet du rapport du Pentagone sur les observations de L’US Navy qui sera dévoilé en principe le 25 juin.

Shostak  et ses collègues recherchent  la vie extraterrestre, y compris des êtres intelligents.  Aujourd’hui, c’est une période passionnante, car la vie extraterrestre est maintenant largement discutée à l’approche du rapport très attendu du Pentagone sur les soi-disant phénomènes aériens inexpliqués.

« Je pense qu’il est très probable qu’il y ait des extraterrestres dans notre galaxie. Mais je ne crois pas qu’ils s’aventurent dans notre espace aérien. Pas maintenant ni dans le passé », écrit le scientifique.

À la recherche des formes de vie dans l’Univers

Selon Shostak, les extraterrestres ne ressembleront pas à des « petits hommes verts », dont l’image est apparue partout dans la culture populaire.

« Il est peu probable que tous les extraterrestres qui viennent sur notre planète soient des formes de vie à base de carbone, qu’ils soient poilus ou chauves. Leurs capacités cognitives ne seront probablement pas soutenues par la masse spongieuse de cellules que nous appellerions le cerveau. Ils iront probablement au-delà de l’intelligence biologique et, probablement, au-delà de la biologie elle-même », explique l’astronome.

Shostak pense que les extraterrestres ne se déplaceront pas eux-mêmes sur Terre. Parceque cela pourrait  prendre des générations entières pour couvrir les distances énormes d’un système stellaire à un autre. Il est peu probable qu’un voyage aussi long « plaise aux passagers biologiques qui mourront  bien avant d’atteindre leur destination ». Cependant, on peut l’envisager sans problème pour des machines. En mars dernier Bob Bellanca avait reçu Seth Shostak, vous pouvez regarder cette émission en replay en cliquant ici.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2020-09-15T11:59:44+02:0015 septembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser