fbpx

s04e09 – OVNIs : Une divulgation est-elle souhaitable pour l’humanité ? (Table ronde)

Status:

Errors:

Plus d’infos sur l’émission : Dans cette nouvelle table ronde BTLV sur le thème du phénomène Ovni, nous poserons la question de savoir si la divulgation de ces phénomènes « non identifiés » aux populations est une bonne chose ou non. Avant d’aborder cette question nous poserons le décor, à savoir quelle est la différence entre un Ovni, un extraterrestre, un fantôme ou une autre entité invisible, à quel degré la conscience vient nous jouer des tours ou encore sont-ils vraiment parmi nous, que font-ils, pourquoi s’intéresser à nous et sont-ils bienveillants… Pour en parler, autour de Bob, quatre invités de choix : Daniel Harran, Nathalie Knepper, Thibaut Canuti & Gilbert Attard.
– Daniel Harran est écrivain et conférencier sur les agroglyphes (ou crop circles). Après un doctorat en thermodynamique, il a effectué une carrière d’enseignant-chercheur en physique à l’université de Pau et a été Maître de Conférences.
Le mystère des agroglyphes est devenu sa passion car il lui était facile de comprendre qu’une partie des formations créées dans les champs de culture était l’œuvre de l’homme. Mais si les nombreuses analyses scientifiques menées depuis plus de vingt ans ont conduit à des conclusions très significatives, elles n’ont pas permis cependant d’élucider la nature du phénomène.
Daniel Harran a publié « OVNIS, crop circles et midim » où il explique les points communs entre Ovnis, chutes de pierres, disparitions d’objets, et crop circles, le tout à partir de l’analyse rigoureuse d’une sélection représentative d’une quinzaine de rapports d’observations, et sans nous laisser influencer par les apparences souvent aberrantes du comportement de ces objets.
– Nathalie Knepper est parapsychologue et médium de naissance. Elle est aussi hypnologue, diplômée en hypnose Ericksonienne mais pratique exclusivement l’hypnose régressive ésotérique.
Egalement conférencière, elle organise des ateliers et des séminaires. Nathalie Knepper a toujours vu et entendu des êtres invisibles et pensait que tout le monde était comme elle.
Selon elle nous pouvons tous accéder à nos facultés médiumniques. Ce n’est pas un « don » mais notre savoir ancien est endormi, et on peut donc le « réveiller ».
– Thibaut Canuti est conservateur de bibliothèques et étudie depuis une quinzaine d’années tous les aspects de l’histoire du phénomène OVNI et de l’ufologie.
Il a écrit de nombreux articles publiés dans des revues spécialisées et sur le web (Ufomania, Inforespace, etc.) et de conférences, intervenant régulier à l’antenne de BTLV où il a entrepris une histoire générale de l’ufologie (Encyclopedia Ufologica). Thibaut Canuti a publié en 2007 « Un fait maudit » (JMG) sur l’ensemble des observations d’avant 1947 et une « Histoire de l’ufologie française » en 2011 (Le Temps Présent). Convaincu que les OVNIs renvoient à une forme réelle et complexe d’anomalie scientifique, il n’en assume pas moins un agnosticisme affiché.
– Gilbert Attard est un ancien membre de l’IMSA, magnétiseur et ufologue.
Président du « CROPS », magnétiseur professionnel depuis 36 ans et passionné par l’ufologie et la Parapsychologie. S’intéressant à la parapsychologie dans les années 70 lorsque des phénomènes inexpliqués ont survenu il a fait la rencontre de grand ufologue comme Jimmy Guieu, Guy Tarade ou Roger Luc Mary… Il participe aussi à de nombreux congrès et anime des conférences sur des sujets comme le magnétisme, l’Archéologie ou l’Histoire…

Site de Daniel Harran
Livre de Daniel Harran

Le site de Nathalie Knepper

Les livres de Thibaut Canuti

Le site de Gilbert Attard

Mehdi ABDELAZIZ – Aurélien ADOBATI – Mathieu ALLOUCH – Ann Marie ALLOUCH – Muriel ARMAND – Gilbert ATTARD – Vanessa BACONNET – Céline BARDINI – Christophe BARROS – Laurent BARROS FABET – Lyliane BATTIATO – Pierre BELLET – Tony BERGES – Olivier BESNAULT – Vincent BISE – Christian BIYICK – Pascal BODIN – Julien BOLET – Benjamin BONO – Ludovic BOUCHONNEAU – Anne Marie BOURDIER – Valerie BREMOND – Frederic BROGNIEZ – André BRUNELLO – Nicolas BUISSON – Pierre CABOURET – Arnaud CANU – Dorian CARDON – Céline CARDOT – Damien CARRE – Sophie CHAOUCHE – Frederic CHARLES – Thomas CHEREAU – Frédéric CHEVALIER – Valério CLAIR – Guy CLOTAIRE – David COLLARD – Laurent CORBEL – Jose COUTO – Patrice CURCI – Carine D’ORILIA – Bernard DANIS – Damien DE VAUCORBEIL – Daniel DEBACKERE – Michel DELAPORTE – Armande DELAUZUN – Alain DENIS – Johanne DIONNE – Louise DIONNE – Marc DJEHUTI – Veronique DROUET – Rémi DUCHEFDELAVILLE – Sébastien DUFOURCQ – Charles-Etienne DUGAS – Antoine DUMONTET – Sylvie DUPER – Chakib EL OUAGOUTI – Jérémy FALCHY – Patrice FARINOTTI – Patrick FAURIE – Pascal FECHNER – Olivier FLORMOND – Loïc FONTAINE – Camille FOUQUART – Philippe FREULON – Michael FREVA – Guillaume FROMONT – Amadéus GAILLARD – Pierre GALIEN – Eve GALLOIS – Jean-Paul GAMB – Richard GARELLI – Patrick GENET – Jean-Yves GERLAT – Clement GILAVERT – Sylvain GILBERT – Cédric GIRARDON – Marylène GLABAS – Virginie GLORY DINELLI – Frédéric GOMES – Sébastien GOUT – Mathieu GRAVELET – Anthony GRIVEL – David GRIZ – Stéphane GROSS – Jean-Christophe GUER – Patrick GUINET – Delyne HANA – Bernadette HAUVILLE – Marc HERMANN – Laurence HIE – Floriane HUDRY – Bruno HUILLET – Guillaume JACINTO – Rudy JACQUIER – Sébastien JALBY – Denis JAMMET – Clément JOURDAIN – Romain JOURET – Frédéric JULAUD – Marie JUNGLING – Guillaume JURY – David KNABE – Nora Lionel LABOUREUR – Aurélie LADOUL – Florian LAFOLIE – Michel LAHCEM – Olivier LALLEMANT – Philippe LAURENT – Flavien LE CESNE – Jean-Baptiste LE COCQ – Jeremy LEFEBVRE – Dominique LEFORT – Maxime LEMAIRE – Christophe LEPRINCE – Ludovic LESPAGNON – Cyril LESPES – Florent LETENDRE – Nicole LIPPENS – Galactus LOUP SOLITAIRE – Laurence MAGNIEN – Mylène MAGNIER – Jonathan MAILLOT – Serge MARCADE – Vincent MEHRDAD – Philippe MELOT – Valérie MILAN – David MOAL – Roland MONFORT – Franck MONTAVERT – Cédric MORARD – Romain MOUSSAY – Frédéric MURGO – Pierre OLIVAUD – Murielle OUDINET – Maxime PAPILLAULT – Artiqua PARTAGER – Vincent PAYEN – Mickael PERNEGRE – Fabrice PETIT – Christian PICHONNEAU – Xavier PRADA – Cédric PUPILE – Tony QUILLET – Philippe RABAUD – Jean Michel RAOUX – Cédrik RAZAFIMANANTSOA – Sylvain REYMOND – David RICHARD – Stéphane ROBIC – Julien ROSANT – Roxane ROUSSEAU – Jérome ROZIER – Maxime SAGOT – Fabrice SALLE – Joseph SANTALUCIA – Fabrice SCREVE – Élisabeth SION – Patricio SOARES – Dominique SOBRIO – Jean-Luc STREIGNARD – Christian SUET – Sarah TAVELLETTI – Alain TERWAGNE – Julien THILL – Anne THIRY – Jesus TOLEDO – Cyril VADROT – Tristan VALCKE – Malika VELA – Jean-Paul VETTIER – Lucas VILLARD – Laurence VILLERMET – François VIVES – Hervé WEBBOB – Frédéric WISLET – Louis YOUSSEF – Nath ZIVA

À la Une

(ZOOLOGIE) Le « loup sinistre » histoire d’une disparition totale

17 Janvier 2021 – Disparu il y a 13 000 à 50 000 ans, l’imposant loup d’Amérique du Nord, le canis dirus, littéralement « loup sinistre », mais également appelé « loup terrible » est un animal emblématique de la faune préhistorique de l’âge de glace.

Il est parti sans laisser de traces génétiques chez les loups contemporains, qu’il aurait pourtant côtoyé, selon une récente étude.

LE PLUS GRAND CANIDÉ CONNU

Le « loup sinistre », était au minimum 40% plus grand que le loup gris actuel. Un loup dont il est le cousin génétique, mais pas l’ancêtre. Depuis plus de cent ans, les biologistes pensaient pourtant que le canis dirus était une sous espèce de ce loup gris commun.

Les deux espèces ont même été en compétition, et malgré son plus petit gabarit, c’est bien le loup gris qui a fini par s’imposer.

DES FOSSILES EN QUANTITÉ

Les études ne manquaient pas, au sujet du « loup sinistre ».

En effet, le prédateur a rôdé durant des millions d’années sur le continent nord-américain, laissant derrière lui une abondance de fossiles. Particulièrement dans le gisement du « Rancho La Brea », en Californie ; lieu où des restes d’animaux datant du Pléistocène (période ponctuée de cycles glaciaires) ont été conservés.

Mais ces ossements n’avaient pas encore tout dit, leur analyse se limitant à l’anatomie. Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs a fait appel à la génétique, leurs travaux sont publiés dans la revue Nature.

Les chercheurs ont ainsi pu analyser de l’ADN de fossiles vieux de près 50.000 ans, découverts aux Etats-Unis, dans le Wyoming, l’Idaho, l’Ohio et le Tennessee. De plus, ils sont parvenus à séquencer des protéines de collagène, un biomarqueur permettant la comparaison avec d’autres espèces, récupérées sur les os du site de« Rancho La Brea ».

COMMENT EXPLIQUER LA DISPARITION DU « LOUP SINISTRE » ?

« Canis dirus » fut ainsi « incapable de survivre par le biais d’autres gènes », qui auraient, par exemple, pu lui permettre de résister à des maladies « importées ». Et comme ses proies, les autres grands mammifères, disparaissent, il s’est retrouvé « dans une impasse de l’évolution », analyse le biologiste Laurent Frantz.

Aussi, ce méga-carnivore a prospéré seul pendant des millions d’années, chassant la riche faune de grands mammifères, comme les bisons, qui peuplaient alors l’hémisphère nord. Et ce, jusqu’à ce que débarquent des loups et des coyotes, venus d’Eurasie. Avec ces nouveaux arrivants, il aurait cohabité « pendant les 20.000 dernières années de son existence », explique Laurent Frantz. Mais sans se reproduire, puisqu’on ne retrouve plus aucune trace du matériel génétique du « loup sinistre ».

Pour finir, ce dernier était sans doute « trop spécialisé », alors que le loup commun « plus « flexible », a su s’adapter aux variations de températures et traverser l’histoire. « Le loup gris est très résistant. La seule chose qui lui pose un problème aujourd’hui, c’est l’homme », conclut le scientifique.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

 

2020-06-21T17:09:21+02:0017 mars 2017|

Actus susceptibles de vous intéresser