Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

11 juillet 2020 – L’écrivain Antoine de Saint-Exupéry a disparu en vol le 31 juillet 1944 au large de la côte marseillaise. On ne savait pas vraiment ce qui lui était arrivé jusqu’à ce que Jean Claude Bianco  repêche la gourmette en argent de l’auteur près d’une épave en passe de sombrer dans l’oubli.

C’est près de l’île de Riou dans les eaux méditerranéenne que Jean Claude Bianco, un pêcheur, a trouvé la gourmette dans les profondeurs, à proximité d’un avion, identifié comme un P-38 Lightning par Luc Vanrell, dans un état de délabrement avancé. L’avion en lui-même ne suscitait que peu d’intérêt pour les plongeurs du secteur qui viennent admirer les vestiges de ces avions de la seconde guerre mondiale. En effet, la violence du crash a particulièrement endommagé l’appareil dont il ne reste presque plus rien, ce qui a rendu son identification compliquée.

UNE IDENTIFICATION SOUS-MARINE

Philippe Castelano, un plongeur expert en épave d’avion, a dû se rendre jusqu’à lui pour pouvoir l’identifier. Mais pour beaucoup de raisons liées à la profondeur à laquelle l’épave se trouvait, il était impossible d’en savoir plus. Il a fallu obtenir des autorisations et, grâce à la société Comex, celle-ci a été sortie des eaux. C’est grâce au numéro d’usine de l’avion gravé dans la carlingue que l’on a pu identifier son propriétaire.

Il s’agit bien d’un P-38 Lightning, un avion de reconnaissance de la seconde guerre mondiale très puissant pour son époque a expliqué Castelano en interview au Musée archéologique de Saint Raphaël. Il était à l’époque utilisé pour voler à basse altitude et prendre des clichés des mouvements de troupes nazies pour pouvoir étudier une stratégie adaptée.

Mais c’est surtout son pilote qui fait de cet appareil le plus précieux de la baie. Il est maintenant exposé au Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget. Même si des restes de l’avion ont été retrouvés, on ne sait toujours pas pourquoi l’avion s’est crashé et, dans la mesure où l’on a que très peu de pièces de l’appareil et que celles-ci ne comprennent pas le cockpit ni les deux moteurs, on n’exclut pas l’hypothèse qu’il ait pu être abattu par les allemands.

Margaux Naudin (Rédaction btlv.fr / Source Futura Sciences