fbpx

(SANTÉ) Une potion magique du Xe siècle aux propriétés antibiotiques redoutables

Le 23 décembre 2020 – « Les antibiotiques, c’est pas automatique ! » ; les bactéries les plus tenaces n’ont pas résisté aux propriétés antibiotiques d’un remède repéré dans un manuscrit anglo-saxon. Le Leechbook de Bald est une mixture moyenâgeuse qui semble avoir été faite sur les bases de croyances ésotériques; moins à partir de réalités scientifiques. Cependant, des microbiologistes anglais ont testé selon la potion du Xe siècle et les résultats – publiés sur researchgate – dépassent l’entendement. En effet, elle a été très active face aux bactéries les plus résistantes. De plus , elle a été d’une efficacité redoutable contre des agrégats de bactéries, celles qui causent des infections en milieu hospitalier, là où les antibiotiques n’ont que peu d’efficacité. Diverses stratégies sont étudiées contre la résistance aux antibiotiques que développent les bactéries : virus anti-bactéries, nanomédicaments, thérapie photodynamique mais aussi des substances naturelles parfois retrouvées chez nos amis les bêtes : foie de requin ou sang de crocodile. Les micro-organismes n’étant pas connus à l’époque, c’est l’orgelet que le Leechbook de Bald semblait devoir traiter.

Jessica Furner-Pardoe de l’université de Warwic (Royaume Uni) raconte : « nous avons testé la potion sur plusieurs bactéries dont le traitement antibiotique pose aujourd’hui un problème urgent » et la population résistante de staphylocoques dorés n’a pas survécu à la potion en question. Comme le traitement d’un agrégat de bactérie exige des doses d’antibiotiques 100 à 1 000 fois plus importantes que pour une seule bactérie isolée, d’autres tests ont été effectués. La microbiologiste Freya Harrison, de l’université de Warwick explique : « ces populations forment une matrice extracellulaire qui les protège en partie des traitements, tandis que les conditions physico-chimiques particulières qui règnent à l’intérieur de ces agrégats influent sur le taux de réplication et l’expression génétique des bactéries, de sorte qu’elles deviennent plus tolérantes aux antibiotiques ».

UNE POTION MAGIQUE PLUS FORTE QUE LES ANTIBIOTIQUES ?

La recette médiévale a agi sur divers biofilms en réduisant le nombre de bactéries d’un facteur 100 à 1 million en fonction des espèces. Jessica Furner-Pardoe explique : « nous avons constaté qu’en retirant l’un des ingrédients, l’efficacité du traitement diminuait significativement ». En effet, les ingrédients de cette mixture ont l’air de créer une alchimie qui permet à la potion d’agir de manière très efficace.

LA RECETTE SECRÈTE

Du vin, de l’ail, de l’oignon et de la bile bovine.

Piler ensemble des quantités égales d’ail et oignon. Mélangez des quantités égales de vin et de sels de bile bovine. Laissez reposer le tout dans un contenant en laiton pendant une nuit puis, extrayez le liquide à travers un tissu. Pour soigner un orgelet, il suffirait d’appliquer avec une plume, le remède sur l’œil avant de dormir, la nuit suivante.

Recette extraite du Leechbook de Bald probablement rédigée par des auteurs latins puis adaptée par les Anglo-Saxons © DR

L’ail et son allicine inactive les enzymes des bactéries.

L’oignon avec ses peptides (Ace-AMP1) affaiblissent les membranes de leurs cellules.

La bile bovine limite la prolifération de bactéries au sein de l’intestin grêle.

Le faible pH du vin activerait un certain nombre de composants, le vin permettrait peut-être de diffuser plus efficacement les antimicrobiens ou il aurait comme effet d’extraire les molécules des 4 autres ingrédients.

Ce « remède de grand-mère » ou de « guérisseur » semblerait toutefois avoir de l’avance sur les antibiotiques, ces derniers s’accoutumant petit à petit à leurs effets. Jessica Furner-Pardoe fait la remarque suivante : « les bactéries auront probablement plus de mal à développer génétiquement une résistance face à un remède comportant plusieurs agents chimiques attaquant plusieurs cibles ». La médecine du passé va-t-elle devenir celle du futur ? Une analyse informatique du traité Lilium medicinae de Bernard de Gordon (médecin français du XIVeme siècle) a mis en évidence les associations d’ingrédients les plus utilisés et qui pourraient avoir une réelle efficacité. Jennifer Furner-Pardoe souligne : « on décèle dans certains une vraie démarche scientifique intelligente, et nous espérons trouver d’autres remèdes actifs ». La microbiologiste Karishma Kaushik précise : « il y a beaucoup de sources historiques à soumettre à l’expertise scientifique, comme les médecines : romaine, indienne, anglo-saxonne, mais aussi polynésienne, africaine ». En attendant que les chercheurs décortiquent les formules anciennes, voici des article à lire de suite et une émission à regarder très vite :

Tout pour booster ses défenses immunitaires naturellement

La vitamine D réduirait le risque de cancer

Bienvenue en Terre Happy – Les experts (réservé aux abonnés) : le docteur Daniel Ballesteros livre ses conseils.

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-23T15:42:12+01:0023 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser