Découvrez le premier site (Vidéo / Audio / Actu) consacré aux sciences alternatives et aux technologies de demain

Regardez et écoutez BTLV gratuitement et sans engagement pendant 7 jours
+3000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

Vendredi 13 avril : Un bébé chinois est né quatre ans après la mort de ses parents, révèle le quotidien pékinois Xinjingbao (Beijin News). Tian tian, est venu au monde le 9 décembre dernier. « Il sourit tout le temps. Il a les yeux de sa mère mais il ressemble plutôt à son père », explique au journal l’une des deux grands-mères.

Les parents du nouveau-né, le père Shen Jie et son épouse Liu Xi, suivaient un traitement contre l’infertilité quand ils se sont tués en 2013 dans un accident de voiture. Depuis, les quatre grands-parents ont mené un long combat juridique pour accéder aux embryons fertilisés dans un hôpital de Nankin.

La gestation pour autrui (GPA) étant illégale en Chine, ils ont dû se rendre au Laos pour trouver une mère porteuse : « Nous avions d’abord pensé à un transport par avion, explique-t-il au journal, mais les compagnies aériennes ont toutes refusé d’acheminer le flacon d’azote liquide dans lequel se trouvaient les quatre embryons ». déclare un spécialiste de la GPA qui leur est venu en aide.

UN ESPOIR POUR LES PARENTS PRIVÉS DE LEUR ENFANT UNIQUE

Le flacon a dû être amené au Laos par la route, après quoi la mère porteuse laotienne est venue en Chine pour accoucher. Le nourrisson est resté deux semaines à l’hôpital, le temps pour les quatre grands-parents de se plier à des tests ADN prouvant leur lien de parenté et la nationalité de l’enfant.

Les grands-parents ont expliqué qu’ils diraient à l’enfant ce qui est arrivé à ses parents une fois qu’il serait en âge de comprendre. « En attendant, a-t-il déclaré au journal, nous lui dirons qu’ils vivent à l’étranger. »

La naissance de Tian tian a suscité un vif débat sur les réseaux sociaux. De nombreux chinois appellent à légaliser la GPA en soulignant le drame que vivent les nombreux parents d’enfant unique lorsque ce dernier vient à disparaître.

« Il s’agit d’une famille riche et bien connectée. Mais il y a beaucoup d’autres gens qui ont perdu leur enfant unique. L’Etat devrait les aider pour avoir obéi au contrôle des naissances », précise un internaute sur le réseau social Weibo. Depuis 2016, tous les Chinois ont le droit d’avoir deux enfants, après trois décennies de politique de l’enfant unique.

Chloé Bellanca (btlv.fr/Source Le Parisien)