fbpx

(SCIENCE) Combien de temps tiendriez-vous dans une eau glacée ?

Le 24 décembre 2020 – Bien au chaud devant le film de James Cameron, avez-vous déjà pensé être un des naufragés du Titanic et subir les effets d’une eau glaciale ? Au moment de l’immersion, le choc engendre automatiquement une hyperventilation pendant 2 à 3 minutes voire un blocage de la respiration (souffle coupé). Le cœur s’emballe pour faire circuler le sang qui se rend vers les organes vitaux puis, les artères se compriment pour garder la chaleur autour de ces derniers. Sans être irriguées, les extrémités se refroidissent et un engourdissement peut se faire ressentir. Arrivent également une faiblesse musculaire ainsi que des pertes de coordination.

Quand la température du corps descend entre 32 et 35°C, des frissons apparaissent en même temps qu’une baisse de la tension artérielle. En dessous des 32°C, le rythme cardiaque diminue, la conscience fait défaut et les pupilles se contractent. Sous les 30°C, la respiration est considérablement ralentie et la tension est très faible ; le coma nous guette. Enfin, sous les 28°C, un risque d’arrêt cardiaque est imminent.

Sans vêtement, dans une eau glaciale, nous ne pourrions pas survivre plus de 45 minutes, 30 minutes à 0 °C et à peine 10 minutes dans une eau arctique gelée en surface (−3 °C). L’être humain devant maintenir sa température corporelle à 37°C, étant donné que l’eau est très conductrice (25 fois supérieure à celle de l’air), le refroidissement du corps se fait de manière très rapide. Les eaux extrêmement froides absorbent la chaleur des corps par conduction et convection d’où l’intérêt de ne pas bouger pour éviter que la peau soit en contact avec une eau renouvelée.

Finalement, mieux vaut attendre l’été pour aller se baigner ou rester au chaud sous le plaid devant un bon film de la sélection btlv.fr : cliquez ici !

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-24T02:05:39+01:0024 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser