fbpx

(SCIENCE) De mystérieuses girafes naines observées en Afrique.

13 Janvier 2021 – C’est une découverte qui étonne les scientifiques. Deux girafes adultes, deux fois plus petites que la normale ont été aperçues en Afrique. Un cas très rare de nanisme observé chez un animal sauvage, dont l’origine demeure mystérieuse.

Une première observation a eu lieu, dans un parc national en Ouganda et plus récemment, dans une ferme en Namibie.

UNE NOUVEAUTÉ POUR LE MONDE SCIENTIFIQUE

En effet, il s’agit bien de la toute première fois qu’un tel animal est décrit dans la littérature scientifique, et ce, par des membres de la « Fondation pour la conservation des girafes ».

Les chercheurs, auteurs de l’étude, parue le 30 décembre dernier dans la revue « BMC Research Notes » y déclarent ceci :

« Les dysplasies squelettiques désignent généralement des troubles cartilagineux ou squelettiques qui peuvent entraîner des anomalies du développement osseux […]. Ces aberrations développementales sont parfois caractérisées par une anatomie squelettique […] raccourcie et irrégulièrement proportionnée. »

Dans le langage courant, nous pourrions décrire cela comme du nanisme disproportionné, parce qu’il se manifeste uniquement sur certaines parties du corps.

DES GIRAFES NAINES REPÉRÉES DÈS 2015

Pourtant, dès 2015, dans le cadre d’une mission de surveillance ; des chercheurs repèrent par hasard une girafe de Nubie de petite taille, dans le parc national Murchison Falls en Ouganda.

« Au départ, je n’y ai pas cru », confiait au New York Times David O’Connor, président de la Fondation pour la conservation de girafes (Giraff Conservation Foundation). « Pour être honnête, j’ai cru que c’était un montage Photoshop ». Trois ans plus tard, en 2018, des photos d’une petite girafe adulte d’Angola sont pourtant prises dans une ferme en Namibie.

Quant à la cause de ce nanisme, elle demeure pour l’instant inexpliquée. Les scientifiques affirment toutefois que des mutations aléatoires peuvent subvenir dans les lieux de captivités, la consanguinité y étant plus présente.

UNE MALFORMATION HANDICAPANTE POUR UN ANIMAL SAUVAGE

« Malgré leur handicap, ces deux girafes ont réussi à passer la phase critique de l’enfance » (jusqu’à 66 % des jeunes girafes décèdent avant l’âge de un an), remarquent les chercheurs.

Elles restent malgré tout plus vulnérables aux prédateurs, et des vidéos enregistrées en Namibie laissent supposer qu’elles auraient également plus de difficulté à se déplacer. « Étant donné que les deux spécimens observés sont des mâles, il apparaît improbable qu’ils soient capables de monter une femelle de taille normale, rendant impossible la transmission des gènes du nanisme », assurent également les chercheurs dans leur étude.

Le devenir de ces girafes demeure donc incertain, d’autant plus que les animaux en captivité atteints de malformations squelettiques ont généralement une espérance de vie moins élevée.

La girafe ougandaise n’a plus été observée depuis 2017. Quant au spécimen namibien, sa dernière apparition remonte à juillet 2020.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-01-17T15:08:18+01:0013 janvier 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser