fbpx
x

(SCIENCE) Des chercheurs sont arrivés à créer de la glace qui peut se plier en une boucle

12 juillet 2021 – On le sait la glace n’est pas la matière la plus flexible qui soit et pourtant une équipe de scientifiques dirigée par le nano-scientifique Peizhen Xu de l’Université du Zhejiang en Chine a découvert un moyen de contourner ce problème en cultivant des microfibres de glace d’eau qui peuvent se plier et prendre toutes les formes. Pour y parvenir, les scientifiques ont créé de la glace avec le moins d’imperfections structurelles possibles, un exploit accompli à l’aide d’une aiguille en tungstène dans une chambre ultra-froide.

Lors de l’expérience, de la vapeur d’eau fut libérée dans la chambre et un champ électrique a été appliqué. Les molécules d’eau ont ensuite été attirées vers le haut de l’aiguille, formant une microfibre de glace de 10 micromètres de large. Si habituellement, la glace se brise quand on tente de la plier, cette fois, comme le montre la vidéo, en baissant la température à -150 °C, les scientifiques ont pu plier la glace en une boucle.

DE MULTIPLES APPLICATIONS POSSIBLES

Cela peut paraître être une expérience qui n’a aucun intérêt et pourtant, les résultats pourraient avoir de nombreuses applications pratiques comme l’expliquent les chercheurs qui ont travaillé sur le projet : « Cela pourrait nous permettre d’étudier, par exemple, l’absorption moléculaire de la glace, les changements environnementaux, les variations structurelles et la déformation de la surface de la glace » », avant de rajouter « concrètement, les microfibres de glace élastiques présentées ici peuvent offrir une plate-forme alternative pour explorer la physique de la glace et ouvrir des opportunités auparavant inexplorées pour la technologie liée à la glace dans diverses disciplines ».

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr source New Scientist)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ÉTRANGE) Un parasite mangeur de langue retrouvé dans la bouche d’un poisson

27 octobre 2021 – A l’heure ou notre santé n’a jamais autant fait la une de l’actualité, on craint de voir surgir de nouveaux virus. C’est ce qu’ont dû penser les travailleurs du parc d’État de Galveston Island au Texas qui ont récemment attrapé un poisson accueillant à son insu un parasite cauchemardesque qui avait dévoré et remplacé sa langue.

Postée sur les réseaux sociaux la semaine dernière, l’information mentionne qu’il s’agit en réalité d’un « poux mangeur de langue ». Selon les scientifiques qui ont étudié le phénomène, le parasite subsiste en pénétrant dans la bouche d’un poisson, en détachant la langue de l’animal et en remplaçant l’organe par lui-même. Le fameux « poux » passe alors le reste de ses jours à se nourrir du mucus de son hôte. 

Le plus dingue est que cette étrange relation parasitaire ne serait pas particulièrement nocive pour le poisson ni, heureusement, pour les humains qui pourraient finir par attraper et manger l’animal. Les mêmes scientifiques affirment que ce « poux mangeur de langue » est « le seul cas connu où un parasite peut remplacer fonctionnellement l’organe de son hôte ». La nature est parfois très bizarre et effrayante

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-07-12T18:34:59+02:0012 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser