fbpx

(SCIENCE) Des virus très anciens ont été découverts dans un glacier du Tibet

22 juillet 2021 – C’est en forant dans un glacier situé dans la calotte glaciaire de Guliya, sur le plateau tibétain qu’une équipe de chercheurs a identifié plusieurs virus inconnus vieux de 15 000 ans. Cette découverte peut être perçue comme une conséquence directe de la fonte de la glace qui a rendu accessibles des organismes piégés dans le pergélisol.

Ces virus ont été trouvés à 6,7 kilomètres au-dessus du niveau de la mer, grâce à de nouvelles techniques de métagénomique et de nouvelles méthodes permettant de maintenir les échantillons de glace stérilisés. Au total, 28 virus totalement nouveaux ont été identifiés et auraient survécu dans des conditions extrêmes.  Ces virus constituent une source d’information importante pour les scientifiques, car ils nous renseignent sur l’histoire des écosystèmes de l’époque notamment sur les conditions climatiques et environnementales dans lesquels ils ont évolué. La majorité de ces nouveaux virus sont des bactériophages capables d’infecter les méthylobactéries qui sont des bactéries importantes pour le cycle du méthane dans la glace.

Tout porte à croire selon les scientifiques que ces virus proviennent probablement du sol ou des plantes, car cela facilite l’acquisition de nutriments pour leurs hôtes selon les chercheurs. Si la découverte de virus aussi anciens peut soulever des inquiétudes dans le contexte actuel. Les chercheurs eux au contraire estiment que cette découverte est des plus bénéfiques. Car emprisonnés dans la glace se trouvent des informations précieuses sur les changements environnementaux et sur l’évolution des virus. De manière plus concrète, l’étude de ce type de virus pourrait permettre de savoir comment les virus et les bactéries réagissent au réchauffement climatique. Une question qui est plus que jamais d’actualité.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-22T15:14:59+02:0022 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser