fbpx

(SCIENCE) La Chine en route vers la suprématie de l’ordinateur quantique ?

8 décembre — Les chinois seraient en passe d’obtenir un certain avantage dans le domaine du calcul quantique. C’est une équipe de recherche à la tête de laquelle on trouve le célèbre physicien quantique chinois Pan Jianwei qui vient d’annoncer la mise au point  d’un prototype d’ordinateur quantique à photons, appelé « Jiuzhang ».

En octobre 2019, Google publiait dans Nature les résultats d’un calcul quantique réalisé quelques semaines avant en collaboration avec la NASA et destiné à « prouver la suprématie quantique ». Élaborée en 2011 par John Preskill, la notion de « suprématie quantique » traduit la capacité de l’informatique quantique à réaliser une tâche irréalisable par un ordinateur classique à l’échelle du temps humain.

Le but atteint de ce nouvel ordinateur quantique était de réaliser des calculs en 3 minutes et 20 secondes alors qu’il aurait fallu, 10 000 ans pour réaliser le même calcul avec l’IBM.

Mais on a oublié un peu vite une équipes chinoise  qui travaillait elle aussi de son  côté, et qui avait aussi revendiqué la « suprématie quantique » en s’essayant à un exercice de style : adapter l’algorithme d’échantillonnage de boson (développé en 2011 par  Scott Aaronson et Alex Arkhipov, du MIT) sur une machine quantique avec au final 14 photons détectés.

LES CHINOIS EN TÊTE DE LA COURSE QUANTIQUE ?

La course à l’informatique quantique vient de franchir un grand pas avec l’équipe chinoise, qui affirme avoir construit un ordinateur photonique près de 100 000 milliards de fois plus rapides que Fugaku, le super-ordinateur le plus avancé au monde.

Les scientifiques affirment avoir détecté jusqu’à 76 photons par échantillonnage de boson gaussien, un algorithme de simulation, ce qui représente une vitesse exponentiellement supérieure à celle des supercalculateurs déjà existants, selon des recherches publiées dans le magazine Science.

La promesse d’une technologie qui améliorera radicalement la vitesse de traitement et la puissance des systèmes pour faire progresser la physique, la chimie et de nombreux autres domaines.

Selon ce que rapporte l’agence de presse Xinhua, l’équipe de recherche chinoise estime que leur nouveau prototype peut traiter des calculs 10 milliards de fois plus rapidement que ce superordinateur de Google.

François deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) Est-il dangereux de jouer au Ouija ?

28 février 2021 – Pour capter des informations ou par amusement, les adeptes du spiritisme s’adonnent au Ouija (prononcé « oui-ja »). Invention du XIXème siècle, cette planche sur laquelle se trouvent les lettres de l’alphabet, les chiffres, et les termes « oui », « non » voire « bonjour » et « au revoir », semble pouvoir être l’intermédiaire entre le monde de l’au-delà et les vivants. Les utilisateurs du Ouija questionnent l’esprit qui serait « appelé » en séance par l’intermédiaire d’un objet (un verre ou une « goutte »). Ce dernier se dirige vers les symboles, les uns après les autres, afin de constituer des réponses à leurs questions. Pour certains, le déplacement est dû à l’énergie des participants ou à l’effet idéomoteur (mouvements inconscients des personnes qui touchent l’objet durant la séance), pour d’autres à des entités appartenant au monde du subtil ou au royaume des défunts.

Alors que la communauté scientifique considère la pratique comme une pseudoscience, et que pour certains parapsychologues, le Ouija est sans danger particulier, un certain nombre de médiums déconseillent fortement de  » jouer avec ça « . En effet, des expériences négatives en séance et/ou des conséquences indésirables pourraient se manifester en s’adonnant à la pratique du Ouija (voir la libre antenne BTLV du 25 janvier).

En 1901, William Fuld, inventeur et entrepreneur américain de Baltimore (Maryland), a commencé la production de ses propres planches sous le nom de « Ouija ». D’après lui, « Ouija » serait un ancien mot égyptien signifiant  » bonne chance. » Il est aussi la combinaison de « oui » en français et en allemand. Le Ouija fût considéré pendant longtemps comme un jeu de société, puis pendant la première guerre mondiale, Pearl Curran (médium américaine) en a fait un support de divination. Elle aurait été guidée, via le Ouija par Patience Worth pour écrire ses romans.

Les spirites disent que le Ouija est une forme de médiumnité qui permettrait de communiquer avec d’autres plans. Pour les religions monothéistes, cette pratique est liée à l’occulte, et ceux qui participent à des séances de Ouija parlent en réalité avec le Diable ou des entités négatives.

Alors si comme dans le film  » Jumanji « , vous préférez ne pas être obligé de terminer la partie, mieux vaut peut-être ne pas la commencer … Cependant, pour les plus audacieux d’entre vous, pourquoi ne pas aller passer une soirée au château de Fougeret, dans la Vienne, pour oser l’expérience avec Véronique Geffroy, une experte en la matière ?

Voir également l’émission  » Les Affranchis de l’info  » : Paranormal, peut-on tout expliquer ? (réservé aux abonnés)

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2020-12-08T11:20:57+01:008 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser