fbpx

(SCIENCE) La mante religieuse est dotée d’une vision stéréoscopique en 3D

8 janvier 2021 — Les mantes religieuses voient la vie en 3D mais d’une façon différente de nous selon  des chercheurs. Une découverte qui pourrait permettre de simplifier les processus de vision des robots.

L’homme, comme les singes, les chats, les chevaux, les chouettes ou encore les crapauds voient en trois dimensions. Mais la mante religieuse est le seul insecte connu à disposer de cette vision stéréoscopique. Ce type de vision permet d’évaluer les distances aux choses. Chacun de nos yeux perçoit le monde qui l’entoure de façon légèrement différente et notre cerveau fusionne le tout pour former une seule image, en relief.

DES LUNETTES MINIATURES 3D

Une équipe de l’Institut de Neuroscience de l’Université de Newcastle (Royaume-Uni) a eu l’idée de créer des lunettes miniatures 3D pour étudier la vision des mantes religieuses. Equipées de ces mini lunettes aux lentilles colorées, fixées avec de la cire d’abeille, les insectes ont eu droit à une séance de cinéma 3D avec visionnage de proies. L’illusion a marché, les mantes ont cherché à les attraper. Les chercheurs leur ont ensuite montré des images plus complexes. Ce qui leur a permis de découvrir que les mantes avaient une vision 3D très différente de celle de l’homme. « Les mantes ne s’attaquent qu’à des proies en mouvement, donc elles n’ont pas besoin de traiter des images fixes », explique  Vivek Nityananda, de l’Université de Newcastle. « Nous avons découvert que les mantes ne se préoccupent pas des détails de l’image mais se contentent de regarder là où l’image change », ajoute-t-il. L’homme en revanche est très performant sur les images fixes, soulignent les chercheurs dont l’étude est parue dans le journal Current Biology.

DES APPLICATIONS EN ROBOTIQUE

Cette découverte d’un mécanisme de vision 3D simplifié pourrait trouver des applications en robotique. Actuellement, « de nombreux robots utilisent la vision stéréoscopique pour naviguer mais celle-ci est généralement basée sur la vision stéréo humaine complexe », relève Ghaith Tarawneh, co-auteur de l’étude. Ce qui nécessite beaucoup de puissance d’ordinateur. Développer une vision 3D « rustique », comme celle de l’insecte, dont le cerveau est très petit, devrait permettre d’économiser de la puissance. Cela pourrait s’appliquer par exemple aux drones.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Cet astéroïde vaut 7 Millions de fois l’économie sur Terre !

23 janvier 2021 – Situé entre Mars et Jupiter, cet astéroïde, entièrement composé de métaux, présente des caractéristiques hors du commun…

L’astéroïde « Psyche 16 » est multi-trillionaire ; sa valeur est en effet estimée à environ 630 Trillions d’Euros.

Une belle somme, mais pourtant, ce n’est pas la raison pour laquelle la NASA y enverra un orbiteur, en 2022. Parce qu’en plus d’être plein de richesses, l’astéroïde pourrait aussi nous en apprendre beaucoup sur la façon dont se serait formé notre système solaire…

UN NOYAU SEMBLABLE A CELUI DE LA TERRE

Même à long terme, l’étude de Psyche 16 n’a aucun but mercantile. En revanche, il donnera aux chercheurs l’opportunité d’observer la Terre…

Plus exactement, ce qui se rapproche le plus du noyau de notre planète. Il s’agira de réaliser sur cet astéroïde, ce qu’il est impossible de réaliser sur Terre, puisqu’il faudrait en effet creuser jusqu’à 3 000 kilomètres de profondeur, afin d’observer le noyau terrestre, ce qui est impossible. Etudier Psyche 16, permettra à la NASA de mieux comprendre le fonctionnement de notre cœur terrestre.

Les scientifiques tenteront par exemple, de déterminer pourquoi le magnétisme des pôles finit par s’inverser au fil du temps.

UN ASTÉROÏDE VRAIMENT UNIQUE

L’astéroïde fut découvert en 1852 par Annibale De Gasparis. L’astronome italien n’imaginait alors pas qu’il venait de repérer une telle rareté, dans sa lunette d’observation.

Lors de leurs formations, les astéroïdes agrègent les éléments lourds d’étoiles ayant explosés, parce qu’en fin de vie, au cours des précédents milliards d’années. C’est d’ailleurs de cette façon que sont nés des métaux comme l’or, l’arent ou le platine, et même des éléments vitaux à notre survie, tel que l’oxygène.

Ce qui rend Psyche 16 si spécial, c’est que là ou les astéroïdes sont habituellement constitués d’amas de roches ou de glace, ce dernier est surtout composé de fer, de nickel et certainement d’or. A l’échelle du cours actuel de tous ces métaux, cela représenterait une valeur astronomique, équivalente à 7 Millions de PIB mondiaux (le PIB mondial représentait 84 798 Milliards de dollars, en 2019).

Il aura fallu attendre le lancement du télescope Hubble, en 2014, pour se rendre compte des particularités de cet astéroïde géant.

Mais l’observation de Psyche 16 n’en est qu’à ses balbutiements. En effet, la « mission Psyche », ne décollera qu’en août 2022, avec, nous l’espérons, son lot de découvertes surprenantes.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-01-08T11:09:55+01:008 janvier 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser