fbpx

(SCIENCE) Les humains seraient capables de produire du venin !

7 avril 2021 – Une récente étude scientifique, parue ce lundi 29 mars, au sein de la revue de l’Académie Nationale de Science américaine (PNAS), fait une étonnante conclusion… Les êtres humains pourraient un jour ou l’autre, et si la situation l’exigeait, devenir “venimeux” comme certains serpents ou le scorpion par exemple !

DES GÈNES COMMUNS AUX SERPENTS

Dans cette récente étude, dirigée par des scientifiques de l’Institut des Sciences et Technologies d’Okinawa, au Japon, et des chercheurs de l’Université Nationale d’Australie (ANU) ; ces chercheurs y ont constaté des gènes communs à certains mammifères.

Des gènes pour l’instant endormis mais qui pourraient théoriquement nous permettre de produire du venin, à partir de nos glandes salivaires, si notre situation l’exigeait absolument.

En effet, les mammifères comme le chimpanzé, les rongeurs, les chiens, et bien sûr, les êtres humains, possèdent des gènes communs à ceux des serpents… Et les gènes utilisés par ces reptiles pour produire du venin en font partie.

Les chercheurs à l’origine de l’étude estiment que, depuis son apparition dans le règne animal, le venin aurait évolué près d’une centaine de fois. Mais ce qui étonne, c’est que pendant les centaines de millions d’années, durant lesquelles les mammifères ont évolué séparément des reptiles, les gènes permettant la création de venin sont restés et continuent de se transmettre.

Néanmoins, si des gènes sont bel et bien présents, les chercheurs affirment que les chances de voir un jour un humain produire du venin pour se défendre, sont très infimes, et ceci, en raison de notre processus d’évolution, dans lequel des changements prennent souvent des millions d’années pour se manifester.

“Si le drame de l’année 2020 continue et que les personnes doivent devenir venimeuses pour survivre, on pourrait potentiellement commencer à voir une augmentation des doses de kallicréine” conclut avec humour Agneesh Barua, Doctorant en génétique évolutive et co-auteur de l’étude, interviewé par le site LiveScience.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-04-07T18:34:13+02:007 avril 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser