fbpx
x

(SCIENCE) Les neurones du temps ont été découverts

13 juillet 2021 – Des chercheurs français et hollandais sont parvenus à localiser les cellules du cerveau capables d’encoder le temps, elles sont situées dans l’hippocampe, sous la surface du cortex cérébral.

L’étude qui a permis cette découverte était sous la direction de Leila Reddy, neuroscientifique au Centre de recherche sur le cerveau et la cognition (CerCo) . Elle a été menée sur des sujets souffrant d’épilepsie réfractaire aux médicaments équipés d’électrodes branchées directement sur le cerveau. Les patients ont été soumis à deux tests, dans le premier, ils devaient visionner une série d’images dans un ordre précis en étant interrogés à intervalles réguliers sur l’image qui allait apparaître. Dans le second, des temps de pause de dix secondes sans aucune question ont été introduits. Grâce à ces tests, les chercheurs ont pu détecter un groupe de neurones bien particulier au niveau de l’hippocampe qui s’activait à des moments précis de l’expérience. 

Ces tests ont donc permis d’isoler certaines des voies neuronales de notre cerveau qui sont responsables de l’enregistrement et du rappel de la séquence de temps. En plus de nous éclairer sur le processus complexe d’organisation temporelle dans le cerveau, cette découverte pourrait aider les patients atteints de maladies qui affectent la mémoire et la capacité de traiter le temps. Selon Leila Reddy « L’hippocampe est important pour juger de l’ordre temporel des événements”.  Les résultats de cette recherche ont ainsi déterminé qu’une caractéristique indispensable de la mémoire épisodique est notre capacité à reconstituer temporellement différents éléments d’une expérience en une mémoire cohérente. Les cellules de l’hippocampe sont donc les neurones qui représentent les informations temporelles et jouent un rôle essentiel dans ce processus. 

Bien que cette découverte soit importante, les chercheurs estiment qu’elle amène son lot de nouvelles questions. Comme par exemple, les cellules temporelles peuvent-elles s’adapter à différentes échelles temporelles selon le contexte ? La compréhension totale sur la façon dont notre cerveau perçoit le temps est donc loin d’être acquise.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(FOSSILE) Un paresseux géant retrouvé en Guyane

27 octobre 2021 – Quatre mètres, quatre tonnes. Aussi lourd qu’un éléphant. Trouver le squelette d’un paresseux géant en Guyane est une première en France. L’espèce a disparu il y a 12 000 ans.

C’est le paléontologue Pierre-Olivier Antoine qui est à l’origine de la découverte… Dans une mare de boue, dans la région de Maripasoula, à la frontière du Suriname. “Il est très difficile de trouver des fossiles en Guyane à cause de l’acidité des sols et du couvert forestier”, explique ce professeur à l’Université de Montpellier.

Des vestiges ont déjà été trouvés en Patagonie, au sud de l’Argentine, mais jamais dans le département français. Pendant une semaine, six paléontologues ont déterré plusieurs os dont des maxillaires et des mandibules, en plein cœur de la forêt amazonienne. L’espèce a rapidement été identifiée : c’est un Eremotherium laurillardi. Un herbivore qui, contrairement à son descendant actuel, ne se déplaçait qu’à terre et non dans les arbres… Ce que l’on comprend aisément lorsqu’on pèse plusieurs tonnes…

La trouvaille est une aubaine pour la Guyane. Les paléontologues espèrent retrouver des restes d’autres animaux ayant vécu en même temps que le paresseux géant. Les fossiles ont été présentés à certains collégiens guyanais.

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-07-13T11:33:08+02:0013 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser