fbpx
x

(SCIENCE) Les pôles magnétiques de la Terre vont s’inverser, mais cela ne sonnera pas notre fin

1er septembre 2021 — Les pôles magnétiques de la Terre vont finir par s’inverser, mais ce ne sera pas la première fois que notre planète y sera confrontée. Cependant, lorsque cela arrivera, une série de phénomènes vont avoir lieu.

L’inversement des pôles magnétiques est un phénomène récurrent dans notre planète. Telle une montre qu’on remettrait à l’heure, le magnétisme des pôles s’est inversé à plusieurs reprises, laissant ainsi les boussoles pointer l’Antarctique comme étant le nord, au lieu de l’Arctique. Ce phénomène est provoqué par la dynamique centrifuge du noyau de la Terre, c’est un processus d’inversement géomagnétique. Pour les chercheurs, il est tout à fait possible que cet inversement des pôles magnétique arrive très prochainement. En effet, en analysant les empreintes magnétiques incrustées dans les pierres anciennes. Les scientifiques ont pu estimer que durant les 20 dernières millions d’années, le sud et le nord magnétique ont basculé tous les 200 000 à 300 000 ans. Dans la mesure où le dernier inversement majeur a eu lieu, il y a 780 000 ans, il y a de fortes probabilités pour que le prochain ait bientôt lieu.

UN INVERSEMENT AUX FAIBLES CONSÉQUENCES

Un des avantages avec ce phénomène, c’est qu’il est lent, ce qui permettra d’anticiper les problèmes qu’ils pourraient causer. Il y a néanmoins une conséquence contre laquelle on peut difficilement lutter, c’est que le champ magnétique de notre planète nous protège des radiations solaires. Or, une inversion qui prendrait trop de temps pourrait nous exposer aux radiations durant un laps de temps qui pourrait s’avérer dangereux pour nous. Cela pourrait provoquer une augmentation des maladies comme le cancer et endommager un grand nombre d’engins spatiaux. Une autre conséquence concernera les animaux qui pour un certain nombre d’entre eux se servent du champ magnétique pour se repérer. Ils seront donc désorientés un certain temps avant de pouvoir s’adapter à nouveau. Enfin dernière conséquence qui pour le coup sera visible par tous. Quand l’inversement sera achevé les boussoles indiqueront que le nord est en Antarctique et que le sud est proche du Canada.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-01T17:27:46+02:001 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser