fbpx

(SCIENCE) Les robots influencent les joueurs dans la prise de risques ?

21 décembre 2020 — On connait l’influence que peut avoir certaines personnes sur d’autres, notamment plus jeunes, en matière de risque, en les incitant à commettre un acte déraisonnable. Une étude au Royaume-Uni a montré qu’un robot peut également augmenter les comportements à risque chez l’humain.

Les chercheurs craignent désormais que les « robots provocateurs » soient utilisés dans les jeux de hasard. Selon une étude publiée dans la revue Cyberpsychology, Behavior and Social Networking, les robots sont capables d’encourager les gens à prendre plus de risques lors des paris. Les résultats, selon les scientifiques, aideront à réguler les futurs systèmes robotiques utilisés par les professionnels des organisateurs de jeux.

UNE PRISE DE RISQUES AUGMENTÉE

Pour connaître l’influence des robots a sur les humains, une équipe de chercheurs a mené une expérience utilisant le test du ballon. Il s’agit de demander à des volontaires de gonfler un ballon virtuel. Chaque clique réussit rapporte de l’argent, mais si par malheur  il éclate, tout est perdu.

L’étude a réuni 180 étudiants, répartis en trois groupes. Dans le premier groupe, le test a été réalisé sous la supervision d’un robot  qui a demandé d’une manière amicale, « Pourquoi avez-vous arrêté de gonfler le ballon ? » Dans le deuxième groupe, le robot s’est juste levé et a regardé les participants. Dans le troisième groupe, les participants étaient seuls.

Les scientifiques ont comparé les résultats et sont arrivés à la conclusion que les participants du groupe avec le robot sympathique risquaient plus souvent, mais ils gagnaient plus d’argent, avec une moyenne de clics d’environ 1100, alors qu’en son absence  ils n’étaient plus que de 900. Que ce soit avec un robot silencieux ou sans robot les résultats ont été similaires.

Pour les chercheurs, il est indispensable de surveiller les futures technologies qui seront intégrées dans le domaine des jeux d’argent. L’apport de l’intelligence artificielle pourrait avoir des conséquences désastreuses.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-21T10:50:16+01:0021 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser