fbpx

(SCIENCE) Même sans cerveau le blob fait preuve d’intelligence en prenant les bonnes décisions !

19 juillet 2021 — Des scientifiques viennent de découvrir que l’absence de cerveau n’empêche pas de prendre des décisions, mais rassurez-vous cela ne nous concerne pas. Il s’agit d’une moisissure visqueuse sans cerveau que l’on appelle généralement le blob. Son nom scientifique  est Physarum polycephalum, et il  est capable d’effectuer des calculs sur l’environnement et de prendre des décisions importantes comme par exemple la bonne direction à prendre.

Physarum polycephalum est une créature curieuse. En fait, ce n’est ni une moisissure, ni un animal, ni une plante. Il s’agit d’un amalgame de cellules eucaryotes individuelles qui sont liées entre elles au sein d’une seule membrane et vivent dans un cytoplasme commun. Les scientifiques ont déjà découvert que Physarum polycephalum est capable de trouver son chemin vers la nourriture au centre du labyrinthe, captant des signaux chimiques pour localiser la récompense. Maintenant, les chercheurs ont décidé de savoir si la moisissure visqueuse peut prendre des décisions en l’absence de tels signaux.

Selon Nirosha Murugan, premier auteur d’une étude publiée dans la revue Advanced Materials  décrivant la recherche : Les gens s’intéressent de plus en plus au Physarum parce qu’il n’a pas de cerveau, mais il peut quand même réaliser un grand nombre de comportements que nous associons à la pensée, comme résoudre des labyrinthes, apprendre de nouvelles choses et prédire des événements. Comprendre comment la vie proto-intelligente parvient à effectuer ce type de calcul nous permet de mieux comprendre les fondements de la cognition et du comportement des animaux, y compris les nôtres. Les scientifiques ont placé une moisissure visqueuse dans une boîte de Pétri contenant un gel d’agar. Ils ont placé un nombre différent de disques de verre sur les bords des boîtes, soit les uns à côté des autres, soit empilés les uns sur les autres, en pensant que la moisissure serait attirée par les objets les plus lourds du gel.

© Harvard

Leur théorie s’est avérée exacte : les moisissures ont d’abord poussé selon un schéma régulier, puis ont étendu leurs branches vers le verre lourd. Il est intéressant de noter que la moisissure s’est déplacée vers un disque de verre et trois disques de verre empilés à la même vitesse, bien que les disques empilés soient plus lourds. Il est encore plus intéressant de noter que la moisissure a préféré se développer vers trois disques juxtaposés plutôt que vers un seul disque.

Avec la plupart des animaux, nous ne pouvons pas voir ce qui change à l’intérieur du cerveau lorsque l’animal prend des décisions. Le blob  offre une opportunité scientifique vraiment passionnante parce que nous pouvons observer ses décisions sur ses déplacements en temps réel en observant comment son comportement  change conclut  Nirosha Murugan

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-19T15:44:42+02:0019 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser