fbpx

(SCIENCE) Un capteur optique imite les performances de l’œil humain

10 décembre — C’est un progrès révolutionnaire ! Des chercheurs de l’Oregon State University viennent de perfectionner un capteur optique qui imite la capacité de l’œil humain en percevant les changements de son champ visuel.

Ce capteur optique est une étape clé vers une meilleure Intelligence Artificielle et il pourra s’adapter aux ordinateurs du futur qui équiperont les voitures autonomes, la robotique et la reconnaissance faciale.

Les tentatives précédentes de construction d’un capteur optique fonctionnant comme l’œil humain se sont appuyées sur des logiciels ou du matériel sophistiqué. Mais ce nouveau capteur se compose de couches ultra-minces de semi-conductrice pérovskite qui réagissent à la lumière en modifiant leur conductivité. La pérovskite est un minéral composé d’oxyde de calcium et de titane. En 2012, les scientifiques se sont aperçus que certaines pérovskites présentaient des propriétés – bonne séparation et mobilité des charges électriques mais aussi bonne absorption de la lumière du soleil – qui pourraient permettre de doper les rendements des cellules photovoltaïques.

VERS UNE IA DE PLUS EN PLUS HUMAINE ?

Contrairement aux ordinateurs traditionnels, qui traitent les informations de manière séquentielle sous la forme d’une série d’instructions, les ordinateurs neuromorphiques sont conçus pour une imitation du comportement physique d’un matériel par un logiciel. Le terme d’informatique neuromorphique est né dans les années 80 avec les travaux de Carver Mead sur des rétines artificielles. Il regroupe désormais tout un ensemble de technologies cherchant à produire des processeurs et des « machines » inspirées du cerveau humain et de ses réseaux de neurones.

Ce nouveau capteur va pouvoir améliorer les ordinateurs neuromorphiques, sur lesquels il sera possible de créer une nouvelle génération d’intelligence artificielle capable de traiter les informations des caméras de véhicules autonomes et de reconnaître les objets dans les images plus rapidement et plus efficacement.

VERS UN ŒIL AUGMENTÉ

L’œil contient plus de 100 millions de photorécepteurs. Mais le nerf optique n’a seulement qu’un million de connexions avec le cerveau. Cela signifie que les informations reçues de la rétine doivent être traitées et compressées avant d’être transmises au cerveau. Il s’est avéré que notre vision est particulièrement bien adaptée pour détecter des objets en mouvement, mais malheureusement elle n’est pas adaptée pour analyser des images immobiles.

Par conséquent, le schéma optique de l’œil donne la priorité aux signaux des photorécepteurs qui détectent les changements d’intensité lumineuse. Le capteur optique créé par les scientifiques, comme l’œil, ne reçoit pratiquement pas de signaux dans des conditions statiques. Il enregistre un signal court et net lorsqu’il «détecte» un changement d’éclairage, puis revient rapidement à son état d’origine. Ce comportement est dû aux propriétés photovoltaïques uniques des pérovskites – des matériaux prometteurs, y compris pour la création de panneaux solaires.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) Est-il dangereux de jouer au Ouija ?

28 février 2021 – Pour capter des informations ou par amusement, les adeptes du spiritisme s’adonnent au Ouija (prononcé « oui-ja »). Invention du XIXème siècle, cette planche sur laquelle se trouvent les lettres de l’alphabet, les chiffres, et les termes « oui », « non » voire « bonjour » et « au revoir », semble pouvoir être l’intermédiaire entre le monde de l’au-delà et les vivants. Les utilisateurs du Ouija questionnent l’esprit qui serait « appelé » en séance par l’intermédiaire d’un objet (un verre ou une « goutte »). Ce dernier se dirige vers les symboles, les uns après les autres, afin de constituer des réponses à leurs questions. Pour certains, le déplacement est dû à l’énergie des participants ou à l’effet idéomoteur (mouvements inconscients des personnes qui touchent l’objet durant la séance), pour d’autres à des entités appartenant au monde du subtil ou au royaume des défunts.

Alors que la communauté scientifique considère la pratique comme une pseudoscience, et que pour certains parapsychologues, le Ouija est sans danger particulier, un certain nombre de médiums déconseillent fortement de  » jouer avec ça « . En effet, des expériences négatives en séance et/ou des conséquences indésirables pourraient se manifester en s’adonnant à la pratique du Ouija (voir la libre antenne BTLV du 25 janvier).

En 1901, William Fuld, inventeur et entrepreneur américain de Baltimore (Maryland), a commencé la production de ses propres planches sous le nom de « Ouija ». D’après lui, « Ouija » serait un ancien mot égyptien signifiant  » bonne chance. » Il est aussi la combinaison de « oui » en français et en allemand. Le Ouija fût considéré pendant longtemps comme un jeu de société, puis pendant la première guerre mondiale, Pearl Curran (médium américaine) en a fait un support de divination. Elle aurait été guidée, via le Ouija par Patience Worth pour écrire ses romans.

Les spirites disent que le Ouija est une forme de médiumnité qui permettrait de communiquer avec d’autres plans. Pour les religions monothéistes, cette pratique est liée à l’occulte, et ceux qui participent à des séances de Ouija parlent en réalité avec le Diable ou des entités négatives.

Alors si comme dans le film  » Jumanji « , vous préférez ne pas être obligé de terminer la partie, mieux vaut peut-être ne pas la commencer … Cependant, pour les plus audacieux d’entre vous, pourquoi ne pas aller passer une soirée au château de Fougeret, dans la Vienne, pour oser l’expérience avec Véronique Geffroy, une experte en la matière ?

Voir également l’émission  » Les Affranchis de l’info  » : Paranormal, peut-on tout expliquer ? (réservé aux abonnés)

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2020-12-10T13:56:34+01:0010 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser