fbpx
x

(SCIENCE) Une micro-évolution humaine est en train de s’opérer

3 septembre 2021 –  L’humanité est en train de subir une micro-évolution. Des chercheurs australiens ont découvert que de plus en plus de bébés naissent sans dent de sagesse et avec une artère supplémentaire dans le bras.

Il semble que désormais les bébés aient maintenant des visages plus courts, des mâchoires plus petites et des os supplémentaires dans les jambes et les pieds. C’est une étude de l’université de Nouvelles-Galles du Sud qui a découvert cette micro-évolution. Selon les scientifiques à l’origine de la découverte, la dernière génération d’êtres humains évolue plus vite qu’au cours des 250 dernières années.  Parmi ces nouvelles évolutions, on a une artère supplémentaire. Cette artère va ensuite disparaître une fois que les artères radiales et ulnaires se développent. Même si une personne sur trois la conserve. Cette micro-évolution  est bien faite puisqu’elle ne pose aucun risque pour la santé et apporte même des bienfaits.  En l’occurrence, elle permet d’augmenter l’apport sanguin vers la main du nourrisson. En fait, elle va se former dans l’utérus afin de servir de vaisseau principal pour l’approvisionnement en sang de l’avant-bras et de la main.

L’HUMANITÉ CONTINUE D’ÉVOLUER

Pour les chercheurs, cette artère médiane prouve que l’humanité continue d’évoluer. L’étude montre clairement que de génération en génération le nombre de personnes disposant de cette artère augmente. Depuis le XVIIIe siècle, les anatomistes étudient la prévalence de cette artère. Elles étaient présentes chez 10 % personnes nées au milieu des années 1880, contre 30 % chez celles nées à la fin du 20e siècle, et ça continue d’augmenter. Il est donc possible que cette artère devienne majoritaire au sein des nouvelles naissances d’ici à 2100. À travers cette artère, nous assistons à une véritable évolution de l’espèce humaine.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ROBOT) Des fourmis imprimées en 3D s’unissent pour contourner les obstacles

27 octobre 2021 – Des scientifiques de l’Université de Notre-Dame ont voulu reproduire l’union des fourmis lorsqu’elles sont face à un obstacle. Ils y sont parvenus.

Yasemin Ozkan-Aydin est professeur. Elle a observé que les robots à quatre pattes présentaient des avantages par rapport aux robots à roues. Mais le problème c’est que certains gouffres ou des terrains trop raides sont infranchissables. Face à ce constat, elle a créé avec ses collègues des petits robots imprimés en 3D qui peuvent travailler ensemble.

Les robots mesurent 15 à 20cm de long. Ils ont un microprocesseur, un capteur de lumière frontal, des capteurs magnétiques à chaque extrémité et une batterie au lithium-polymère.

Lorsqu’un de ces robots est en difficulté, il envoie un signal sans fil à ses congénères qui l’aident. Ensemble, ils peuvent former un pont. 

Yasemin Ozkan-Aydin améliore encore ce système déjà bien abouti. Mais quelles seraient les applications des robots-fourmis ? On peut les envisager dans l’exploration spatiale ou encore l’étude des insectes.

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-09-03T17:19:01+02:003 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser