fbpx

(SCIENCE) Une planète Terre virtuelle est en cours de construction

25 février 2021 – Afin de prédire l’avenir de la planète, en ce qui concerne le changement climatique, des scientifiques comptent reproduire la terre entière, virtuellement. Selon l’article publié dans Nature Climate Change, une version virtuelle de la planète est en cours de développement, pour étudier, à terme, divers scénarios. L’objectif de cette planète jumelle est d’aider l’Europe à atteindre la neutralité carbone nette d’ici 2050. « Le Green Deal européen vise à faire de l’Europe le premier continent neutre d’un point de vue du climat d’ici 2050 « explique un porte-parole de la Commission européenne dans l’article de L’Usine Nouvelle.  » Cela ne peut avoir lieu sans son objectif jumeau : la transition numérique. »
 Le « jumeau numérique » de la Terre fait partie d’un programme décennal de l’Union européenne qui est appelé Destination Earth (DestinE) ou Destination Terre. Peter Bauer, le co-initiateur de Destination Terre et directeur adjoint de la recherche au centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme explique : « Si vous prévoyez une digue de deux mètres de haut aux Pays-Bas, par exemple, je peux parcourir les données du jumeau numérique et vérifier si la digue protégera vraisemblablement encore contre les événements extrêmes prévus en 2050 ». La planète virtuelle est un avatar de la Terre qui va permettre aux scientifiques de donner des indications pour améliorer l’efficacité de certains projets et de relever les défis environnementaux des prochaines décennies. En effet, en nourrissant la Terre numérique de données météorologiques et de nos activités, elle pourrait nous permettre de prendre les mesures nécessaires pour un meilleur environnement, pour tous.
Cependant, cette Terre virtuelle n’est pas prête. En effet, les scientifiques ont besoin de développer un modèle fidèle à l’original, et pour se faire, des supercalculateurs plus performants que ceux qu’on connait aujourd’hui, sont nécessaires. Bref, même si la Terre jumelle sera numérique, il ne va pas être facile d’avoir une copie aussi belle que l’originale. Alors pour l’instant, et malgré le fait que nos sociétés actuelles l’aient déjà souillé, faisons en sorte qu’elle reste la plus belle possible, le plus longtemps,… possible.

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-02-25T16:42:35+01:0025 février 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser