fbpx

SCIENCES : hommes et femmes ont le même cerveau qui possèdent les mêmes capacités

14 septembre 2020 — Depuis très longtemps, on nous expliquait que le cerveau des femmes comportait de nombreuses différences avec celui des hommes. Et lors de cette comparaison, il n’y avait rien de sexiste puisque chacun avait ses spécificités.

L’exemple étant le plus connu étant que les hommes seraient incapables de faire deux choses en même temps et les femmes n’auraient aucun sens de l’orientation.

Et bien, tout cela serait complètement faux selon un article paru dans The Science Times qui fait le bilan de plusieurs études.

Déjà au XIXe siècle deux chercheurs Alexander Bain et George Romanes avaient exploré plusieurs pistes, comme celle que le cerveau de l’homme étant plus volumineux que celui de la femme, cela expliquait l’intelligence supérieure des hommes sur les femmes.

Mais une démonstration vite contredite par le philosophe John Suart Mill qui a expliqué que le cerveau des baleines et des éléphants était beaucoup plus imposant que celui des hommes, et donc que certains animaux seraient donc plus intelligents que les hommes.

D’autres chercheurs ont écarté le volume du cerveau, pour explorer ses capacités, ils se sont plus dirigés vers certaines parties telles que le lobe frontal. Mais très vite les résultats n’ont rien démontré du tout.

On a cherché également du côté de l’hypothalamus sans plus de résultats.

L’étude qui a donné les meilleurs résultats sur cette question et celle publiée dans la revue PNAS en 2015. Plus de 1400 IRM ont été réalisées par a neuroscientifique Daphna Joel et son équipe.

Ils ont examiné l’activité d’une dizaine de régions spécifiques du cerveau et seulement entre 3 et 6 % des IRM confirmaient les anciennes croyances des différences des cerveaux hommes femmes.

Et si la solution résidait plutôt dans notre capacité à apprendre, notre environnement familial et notre génétique ?

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

ARABIE SAOUDITE : On a découvert des traces de pas appartenant à des Homo sapiens

19 septembre 2020 – Les traces de pas de sept individus vieilles de 120 000 ans ont été découvertes imprimées dans le sol près d’un ancien lac en Arabie Saoudite. Ces derniers ont été identifiés comme Homo Sapiens.

Le Max Planck Institut, à travers le Dr Michael Petraglia et son équipe, a identifié des empreintes de pas humains découverts à proximité d’un ancien lac au nord de l’Arabie Saoudite. Ces dernières auraient appartenu à sept de nos ancêtres, les Homo Sapiens, qui ont pu les faire lors d’un transit entre l’Afrique et l’Eurasie.

400 EMPREINTES AU MINIMUM

Il pourrait s’agir d’une route de transit intérieure au continent entre l’Afrique et l’Eurasie, même si la majorité de ces routes ont été répertoriées entre la Grèce et le Japon. Ces empreintes sont les traces de vie les plus anciennes jamais retrouvées dans la région.

Sept individus qui se déplacent, ça fait beaucoup de traces de pas : plus de 400 pour être exacte. Celles-ci ont été retrouvées suite à l’érosion de la couche sédimentaire autour d’un ancien lac au nord du pays, dans le désert de Nefud. Elles ont entre 121 000 et 112 000 ans. Autour de celles-ci, beaucoup d’empreintes d’animaux sauvages ont pu être également retrouvées.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

2020-09-14T11:11:55+02:0014 septembre 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser