fbpx

(SOCIÉTÉ) La méfiance envers les vaccins serait en lien avec les fake news

14 octobre 2020 — La crise actuelle sanitaire mondiale n’a fait qu’augmenter la circulation des Fake News. Et des chercheurs en psychologie sociale de l’Université de Cambridge viennent de publier une étude afin d’évaluer le lien entre les théories complotistes et la méfiance envers la vaccination.

Dans cette étude, on découvre que jusqu’à un tiers de la population de certains pays est susceptible de croire à de fausses informations et à des théories complotistes sur le Covid-19, qui ont pour effet d’augmenter la méfiance envers la vaccination.

« Nous avons trouvé un lien clair entre le fait de croire à des théories conspirationnistes et la réticence envers un futur vaccin », a commenté l’un des auteurs de cette étude, Sander Van der Linden, chercheur en psychologie sociale à l’université de Cambridge (Angleterre).

Publiée dans la revue britannique Royal Society Open Science, cette étude se base sur des enquêtes d’opinion réalisées au Royaume-Uni (deux vagues successives d’environ 1 000 participants), aux États-Unis, en Irlande, au Mexique et en Espagne (700 participants à chaque fois).

LA FAUSSE THÉORIE D’UN VIRUS FABRIQUÉ A WUHAN

Il ressort de ce sondage que la théorie complotiste qui arrive en tête est celle selon laquelle le coronavirus a été délibérément fabriqué dans un laboratoire de la ville chinoise de Wuhan, d’où est partie l’épidémie.

Quelque 33 % des participants mexicains et 37 % des participants espagnols jugent cette théorie « fiable » (entre 22 et 23 % au Royaume-Uni et aux États-Unis).

UNE VACCINATION MONDIALE IMPOSÉE

La fausse affirmation selon laquelle la pandémie de Covid-19 « fait partie d’un plan pour imposer la vaccination mondiale » est jugée fiable par 22 % des participants mexicains, 18 % des participants irlandais, espagnols et américains, et 13 % des participants britanniques.

LA 5G EN CAUSE

Autre fausse théorie, celle selon laquelle les symptômes du Covid-19 sont aggravés par les nouveaux réseaux de téléphonie mobile 5G: 16 % des participants mexicains et espagnols y adhèrent (12 % en Irlande, 8 % au Royaume-Uni et aux États-Unis).

Ces théories complotistes circulent sans gestes barrières sur les réseaux sociaux. Avec comme conséquence une baisse importante de la confiance dans les vaccins chez la personne interrogée.

Pourtant ce matin sur les chaînes d’info en continu, on expliquait que les demandes de vaccination pour la grippe étaient en forte hausse.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(SCIENCE) Notre tête révèle un organe inconnu jusqu’à ce jour

21 octobre 2020 — Publiée dans la revue Radiotherapy and oncology, une étude révèle l’existence d’un nouvel organe niché dans le nasopharynx humain. Un ensemble de glandes salivaires bilatérales. Jusqu’à il y a trois ans, les scientifiques pensaient que le corps humain contenait 78 organes. Depuis ils ont revu à la hausse le nombre de ses derniers en y rajoutant notamment le mésentère qui relie l’intestin aux parois abdominales. Cette fois, il va falloir également compter avec de nouvelles glandes salivaires. C’est une équipe de chercheurs néerlandais qui a fait cette

découverte anatomique. Niché à l’arrière du nasopharynx, ce nouvel ensemble de glandes salivaires a été découvert lors d’examens menés avec un PSMA sur des patients souffrant d’un cancer de la prostate. C’est grâce aux injections de glucose radioactif lors du scan que l’organe fut découvert.

Crédit photo : Institut néerlandais du cancer

ON A TOUS LES GLANDES

Notre corps est équipé de glandes salivaires dites « majeures » (ndld : les glandes parotides, sous-maxillaires et sublinguales) mais aussi de près d’un millier de glandes salivaires supplémentaires dites “mineures”. Minuscules, celles-ci sont nichées dans le tractus aérodigestif et dans toute la zone buccale, ce qui n’est pas le cas de ce nouvel organe qui appartiendrait aux glandes dites « majeures ». Placées précisément derrière le nez et au-dessus du palais, ces glandes se trouvent près du centre de notre tête. La question que beaucoup se posent est légitime : comment sommes-nous passés à côté depuis l’avènement de la radiographie ? Les spécialistes avancent que cette zone n’est pas très accessible. Pour certains, seules les nouvelles techniques d’imagerie PSMA-PET / CT peuvent le permettre.

Sur BTLV, on se demande souvent s’il existe un grand architecte à l’espèce humaine et il est certain que si la question est longtemps posée, une chose est sure, le corps humain est vraiment la plus belle machine qu’il a inventée…

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2020-10-14T14:44:21+02:0014 octobre 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser