fbpx

(SOCIÉTÉ) Les dérives sectaires toujours sous surveillance du gouvernement

25 février 2021 — La France compte environ 500 petits groupes sectaires, un phénomène qui touche 140.000 personnes, principalement des femmes et des habitants de départements ruraux, indique la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa, dans une interview à L’Obs publiée mercredi.

« Les sectes aujourd’hui, ça n’est plus ou plus seulement l’église de Scientologie ou le Temple solaire, mais beaucoup de petits groupes. On en dénombre 500 en France », explique la ministre déléguée, en présentant un rapport réalisé par des enquêteurs de la police, de la gendarmerie et la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires).

LES FEMMES PARTICULIÈREMENT TOUCHÉES

Dans les rangs de ces 500 « petits groupes », se trouvent 140.000 personnes dont 90.000 enfants et adolescents, indique Marlène Schiappa. Toutes les classes sociales sont concernées, mais les femmes, « plus souvent en situation de précarité ou victimes de prédations sexuelles, sont particulièrement touchées ».

La dérive sectaire repose sur « trois piliers »: une idéologie, un gourou et un phénomène d’emprise.

En 2020, la Miviludes a reçu 3.000 signalements (contre 2.800 en 2019), dont 700 ont été évalués comme sérieux.

Environ 40% concernent des questions de santé ou de bien-être et 25% des mouvements religieux.

Une vingtaine de procédures judiciaires ont été engagées contre des personnes qui ont profité de la crise sanitaire pour développer en France une emprise sectaire, selon la ministre.

Marlène Schiappa liste des « nouvelles tendances », comme les stages de jeûne extrême ou les stages survivalistes.

LES SUPPORTERS DE TRUMP SOUS SURVEILLANCE

Il y a également QAnon, un mouvement complotiste pro-Trump, venu des États-Unis et apparu il y a deux ans en France. Le groupe Facebook QAnon France compte 30.000 personnes.

Le rapport note « une surreprésentation des départements ruraux, ceux de la diagonale du vide », où « il y a moins de services publics », dans le paysage sectaire. Les réseaux sociaux jouent un rôle primordial, permettant aux « gourous » de recruter « des personnalités fragiles isolées », note Marlène  Schiappa.

Elle assure qu’elle va « renforcer » la Miviludes, rattachée depuis l’été 2020 au ministère de l’Intérieur, après avoir été dans le giron de Matignon.

Une magistrate, Hanène Romdhane, va être nommée à sa tête. Des agents de Bercy seront rattachés à la Mission notamment « pour lutter contre les détournements d’argent ».

(rédaction btlv.fr avec AFP)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(TECHNOLOGIE) L’intelligence artificielle vous permet de parler avec Einstein !

20 avril 2021 – UneeQ, une entreprise néo-zélandaise, basée à Austin, au Texas, et spécialisée dans les “compagnons virtuels”, vient de sortir une toute nouvelle série d’humains numériques… Parmi lesquelles se trouve le grand physicien, Albert Enstein, avec lequel il désormais possible de communiquer virtuellement, par le biais d’une messagerie automatique, “chatbot”.

UN ANNIVERSAIRE À NE PAS MANQUER

Ce nouveau programme de messagerie virtuelle, à été lancé par UneeQ, à l’occasion du 100ème anniversaire du prix Nobel de physique, reçu par Albert Einstein en 1921.

Si vous souhaitez parler au célèbre physicien, il suffit de vous rendre sur le site internet d’UneeQ, et de poser vos questions, par écrit, à Albert Einstein, le scientifique vous répondra ensuite, à sa manière.

« Digital Einstein peut communiquer avec les gens naturellement en utilisant la conversation, les expressions humaines et les réponses émotionnelles pour fournir au mieux des interactions quotidiennes qui, nous l’espérons, feront une différence dans la vie des gens. », affirme le PDG d’UneeQ, Danny Tomesett, dans un communiqué.

Mais ce digital Einstein est loin d’être la seule personne, avec laquelle les utilisateurs d’UneeQ peuvent communiquer. En effet, le ctalogues des chatbots de l’entreprise comprend, une conseillère en santé du Covid-19 nommée Sophie ainsi qu’une version virtuelle de Daniel Kalt, économiste en chef de la banque suisse UBS.

Cette expérience d’intelligence artificielle a été développée en collaboration avec l’Université hébraïque de Jérusalem et Greenlight, qui a fourni des donnés précieuses sur d’Albert Einstein, y compris sa voix, son image ou des manières qui le caractérise, déclare UneeQ.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-02-25T15:23:06+01:0025 février 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser