22 septembre 2022 – Lors d’une fouille dans une nécropole au nord de Lima au Pérou, des archéologues ont mis à jour une tombe importante du peuple Wari, vieille de 1 300 ans, avec les restes du « Seigneur de Huarmey ».

Au total, les restes de sept personnes ont été découverts : cinq adultes, probablement trois hommes et deux femmes, et trois autres qui pourraient être des adolescents, selon la Faculté d’archéologie de l’Université de Varsovie.

La tombe contenait de nombreux bijoux en or et en argent, des outils en bronze, des couteaux, des haches, des paniers, des textiles tissés, des matières premières pour la vannerie et des objets en bois et en cuir. Tous ces artéfacts laissent supposer les archéologues que les personnes enterrées-là étaient des artisans qualifiés et des membres de l’élite Wari.

LE PEUPLE WARI

Le peuple Wari occupait des villes dans les montagnes et sur la côte de ce qui est aujourd’hui le Pérou, il y a environ 500 à 1000 ans après J.-C.. C’est peu après son effondrement qu’est apparu l’Empire inca.

Le site en question est une structure pyramidale, connue sous le nom de « El Castillo de Huarmey », soit le château de Huarmey. Le lieu a été découvert dans les années 1940, mais ce n’est qu’en 2012 et 2013 que les archéologues ont réalisé qu’il s’agissait d’une nécropole avec au moins une tombe intacte.

De précédentes fouilles dans la tombe des reines Wari ont révélé que c’était autrefois « un grand mausolé Wari et un site de culte des ancêtres » a déclaré Miłosz Giersz, archéologue à l’Université de Varsovie en Pologne et en charge des fouilles.

UNE TOMBE IMPORTANTE

Avec la découverte des artéfacts, les archéologues estiment que les personnes dans la tombe faisaient parties de l’élite Wari et étaient des artisans hautement qualifiés. Bien qu’ils n’en soient pas sûrs, cette hypothèse n’est pour autant pas invraisemblable.

Les classes supérieures des anciennes sociétés américaines étaient souvent composées d’artisans qualifiés. De plus, « les artéfacts en or et en argent déposés avec eu soutiennent cette hypothèse ». « Les hommes et les femmes enterrés dans la nécropole royale de Castillo de Huarmey étaient directement liés au plus haut niveau de production artisanale et fabriquaient les produits de luxe les raffinés de leur époque ».

© Image d’accueil : Miłosz Giersz

Noémie Perrin (rédaction btlv.fr Source Live Science)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV