1er août 2022 – Des scientifiques de l’UCLA ont découvert des fosses lunaires ombragées qui pourraient accueillir des humains et les protéger pendant leur exploration. L’étude a été publiée le 8 juillet sur Geophysical Research Letters.

Des chercheurs américains ont découvert des fosses où la température se maintient autour des 17°C. En effet, car même si les conditions ne sont pas aussi extrêmes que sur d’autres planètes, la surface de la Lune atteint tout de même les 127°C le jour et les -173°C la nuit. Ces excavations pourraient également mener à des grottes avec la même température confortable, variant d’un 1°C tout au plus. Des long couloirs façonnés par la lave pourraient servir d’abris aux futurs explorateurs.

ACCORDS ARTEMIS

Depuis plusieurs décennies, les humains tentent d’atteindre la Lune afin de découvrir tous ses secrets. Les accords Artemis de la NASA en sont un bon exemple. Signés par 20 pays, ces derniers souhaitent coopérer dans le but d’établir une présence humaine sur le satellite naturel d’ici 2025. La conquête spatiale doit également respecter quelques principes. Comme celui que la recherche soit dans un but pacifique, en veillant à la protection des ressources extraterrestres.

Le programme prévoit également la construction d’une station, le Lunar Gateway, qui servira de tremplin pour des vols habités. L’assemblage se fera en orbite autour de la Lune, à partir de 2024.

DES FOSSES PROMETTEUSES POUR DE FUTURES MISSIONS LUNAIRES

En 2009, l’Agence japonaise d’exploration aérospatial (JAXA) est tombée sur ces fosses lunaires, à l’occasion de la mission spatiale SELENE ou KAGUYA. Suite à cette découverte, la NASA avait ensuite lancé dans la même année, la sonde spatiale Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO).

Grâce aux nombreuses données récoltées, l’agence spatiale américaine a pu réaliser des cartes et des modèles 3D extrêmement détaillés. Tyler Horvath, doctorant en science planétaire, a précisé dans un communiqué : « Environ 16 des plus de 200 fosses sont probablement des tubes de lave effondrés. Deux des fosses les plus importantes ont des surplombs visibles qui mènent clairement à une sorte de grotte ou de vide, et il existe des preuves solides que le surplomb d’une autre fosse puisse également conduire à une grande grotte ».

DES OBSTACLES DE TAILLE

Malgré cette découverte qui enlève une grosse épine du pied de la NASA, les scientifiques doivent faire face à des défis de taille. Une journée lunaire équivaut à 15 jours terrestres, idem pour la nuit. Avec les 17°C des fosses, les chercheurs n’ont plus besoin de trouver des moyens de chauffer et de rafraichir.

Cependant, ils doivent tout de même penser à des solutions pour cultiver des ressources alimentaire, fournir de l’oxygène et rassembler d’autres ressources. Afin d’en savoir plus sur les possibilités que peuvent offrir ces grottes, la NASA a prévu une mission, Moon Diver, pour explorer la fosse Tranquillitatis, qui se trouve vers l’équateur de la Lune.

Noémie Perrin (rédaction btlv.fr Source Geophysical Resaerch Letters)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV