14 septembre 2022 – C’est grâce à une étude publiée dans la revue Paleontologica Electronica, que nous avons appris la découverte de vertèbres fracturées d’une baleine et une dent cassée de mégalodon dans le Maryland aux USA.

C’est sur ce site qui date de l’époque du Miocène (ndlr : il y a 23 à 5,3 millions d’années), que des chercheurs ont pu remonter le cours de l’histoire. Le fossile retrouvé leur indique qu’il y a environ quinze millions d’années, le plus grand requin ayant habité au fond de nos océans « le mégalodon » aurait broyé une baleine.

À cette période le Maryland était une mer chaude, et selon les scientifique, le mégalodon aurait foncé sur une baleine. La puissance de l’attaque aurait été telle que le dos de la baleine aurait plié en un instant. Broyée, la blessure infligée à la section médiane de son corps n’aurait pas été fatale à l’animal. C’est dans tous les cas, ainsi, que les paléontologues ont envisagé le scénario.

megalodon vertebre

L’une des deux vertèbres de baleine retrouvées dans le Maryland / Crédits photo Calvert Marine Museum

TROIS FOSSILES

C’est en examinant deux des vertèbres fracturées d’une baleine, mesurant environ quatre mètres de long, et une dent cassée de mégalodon que les scientifiques ont pu reconstituer les évènements. Grâce aux scanners, les paléontologues ont pu constater des fractures par compression classique, très probablement dues à un grand prédateur comme le mégalodon.

Les analyses ont démontré que la membrane entourant les os, connue sous le nom de périoste, avait engendré des structures osseuses nouvelles après l’attaque. Selon les chercheurs, la baleine aurait vécu plusieurs semaines après celle-ci.

UNE DENT DE MÉGALODON

La dent cassée de mégalodon retrouvée près des vertèbres de la baleine indique qu’il s’agit probablement de l’assaillant. Pour Stephen J. Godfrey, conservateur de la paléontologie au Calvert Marine Museum il n’y a pas beaucoup de doutes à avoir.

« Nous n’avons que des preuves circonstancielles, mais ce sont des preuves circonstancielles accablantes… Bien qu’il y ait des limites à ce que nous pouvons affirmer, c’est ainsi que nous voyons l’histoire se dérouler ».

Même si l’attaque par un mégalodon reste la plus plausible, les paléontologues n’excluent pas d’autres pistes, notamment celles d’autres animaux marins imposant comme un cachalot ou en encore Otodus chubutensis, le requin blanc du Miocène (Carcharodon hastalis). Il est également possible que la baleine ait été intoxiquée après avoir ingéré des algues toxiques. Cela aurait provoquer des convulsions si violentes que l’animal se serait cassé le dos. Pour Stephen J. Godfrey, ce qui est intéressant c’est d’envisager les différentes façons d’attaquer du mégalodon.

« Nous ne connaissons pas le répertoire complet des techniques prédatrices que le mégalodon aurait pu utiliser, mais il est possible que comme le font des requins vivants, ils aient tendu une embuscade à leur proie par le bas… Le mégalodon aurait pu facilement fléchir l’épine dorsale de la baleine avec suffisamment de force pour créer les blessures constatées »

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr Source Palaeontologia Electronica)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV