30 juin 2022 – Lors d’une nouvelle étude réalisée par l’Université de la Saskatchewan, l’émail des dents des troupeaux royaux de la cité d’Ur ont été analysés. Le but de cet examen était de comparer la réalité chimique aux descriptions écrites de l’ancienne vie agricole mésopotamienne.

LA CITÉ D’UR

Construit au IIIe siècle avant J.C dans l’actuel Irak, la cité d’Ur était l’une des villes les plus puissantes de la Mésopotamie. En effet, elle avait été élue capitale de la Mésopotamie. Depuis celle-ci les rois gouvernaient la région.

Découverte en 1927, sous la direction de Sir Leonard Wooley, les Britanniques ont mis la main sur de nombreux artéfacts lors de leurs explorations. Un magnifique étendard a été mis à jour ainsi que des bijoux et des instruments en or.

Dans la liste des nombreuses trouvailles se trouvaient ces échantillons dentaires. Ils ont été stockés jusqu’aux années 2010 au British Museum. Mais le Dr Tina Greenfield a obtenu pour la première fois la permission d’examiner ces échantillons en 2014.

DES DENTS DE BOVINS

Ce sont des dents de bovins qui ont été analysées. En effet, les troupeaux des rois avaient été enterrés dans des tombeaux royaux auprès de leurs maîtres. D’après les historiens cela nous informent sur le niveau de richesse de ce peuple qui vivait dans la cité et de l’importance qu’avaient leurs animaux.

Les scientifiques de Saskatchewan ont examinés l’émail des dents de têtes de bétail et l’ont comparés avec les descriptions écrites de l’ancienne vie agricole mésopotamienne.

Les recherches tendent à montrer que ces bovins n’étaient pas utilisés à des fins laitières ou agricoles, mais étaient plutôt sacrifiés et enterrés avec la noblesse et qu’ils vivaient près de la cité d’Ur.

« Il est toujours intéressant de voir comment les habitants de l’une des premières villes du monde ont géré leurs animaux, à la fois pendant leur vie et à leur mort« , a commenté Tina Greenfield.

Dans l’ensemble, l’étude a fourni des informations révolutionnaires sur l’économie, la santé et l’alimentation de l’ancienne Mésopotamie.

Thomas Nouvel (rédaction btlv.fr Source Jerusalem Post)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV