fbpx

SOLEIL : La NASA confirme qu’il est entré dans un nouveau cycle

16 septembre 2020 – Depuis le milieu du 18e siècle, les taches sombres du Soleil sont surveillées, ce qui a permis de déterminer que celui-ci fonctionne en cycles répétés de plus ou moins 11 ans. D’après la NASA, il est entré dans un nouveau cycle, le 25edepuis le début des observations.

D’après la NASA et la National Oceanic and Atmospheric, le soleil est entré dans le 25e cycle que nous ayons pu observer en décembre dernier. Pourtant, ces derniers ne s’en sont aperçus que récemment, et pour cause : seule une petite baisse de température de certaines zones de notre astre permet d’indiquer ce passage d’un cycle à l’autre.

TACHES SOLAIRES

Ces zones sont appelées « taches solaires » puisqu’il s’agit de zones d’ombres à sa surface. Ceux-ci sont maintenus sous surveillance et toutes les informations à leur sujet sont archivées. Frédéric Clette, directeur du World Data Center Sunspot Index and Long-term Solar Observations, explique que le changement de cycle est particulièrement compliqué à observer. Au-delà du changement thermique, c’est une analyse de plusieurs mois de données qui permet d’affirmer clairement que cela s’est produit et l’endroit exact du changement.

Qui plus est, on ignore toujours ce qui provoque ces cycles, que ce soit pour le soleil ou pour bon nombre d’astres qui semble opérer ce genre de schéma également. Quoi qu’il en soit, l’étude des cycles solaires permet d’avoir une idée assez précise de ce qu’il se passe dans l’espace, qu’il s’agisse d’éruption solaire, de radiation ou autre, et donc de l’impact potentiel sur notre planète et le système tout entier.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

CHINE : Découverte de deux petits dinosaures « endormis » d’une espèce inconnue

20 septembre 2020 – Deux petits dinosaures ont été découverts dans la province de Liaoning en Chine par des paléontologues. Ces derniers n’appartiennent à aucune espèce connue à ce jour et auraient été enterrés dans leur sommeil.

C’est une éruption volcanique qui aurait piégé ces deux dinosaures de petite taille dans leur terrier, les enterrant vivants, à l’image des habitants de Pompéi plusieurs siècles plus tard.

ESPÈCE NON RÉPERTORIÉE

Ces deux dinosaures font 1,10 mètre de long chacun et ne sont assimilables à aucune espèce connue des paléontologues jusqu’à aujourd’hui. Leurs fossiles ont été découverts par des agriculteurs de la région de Liaoning qui était déjà connue pour ses nombreux fossiles de dinosaures en parfait état.

Ils étaient munis de pattes arrière qui leur permettaient de se déplacer « debout » et même de courir, de même qu’une longue queue qui les stabilisait. À l’analyse de leur morphologie, il est apparu qu’ils pouvaient également creuser des terriers. C’est d’ailleurs dans l’un de ces terriers qu’ils ont été découverts.

Puisque l’espèce était inconnue, il a bien fallu la nommer. C’est ainsi que ces deux dinosaures sont devenus les deux premiers représentants de l’espèce des Changmiania liaoningensis, ce qui signifie « dormeur éternel du Liaoning ». Il semblerait à première vue que ces dinosaures aient été des ornithopodes précoces de la branche des ornithischiens qui vivaient il y a 65 à 200 millions d’années.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

2020-09-16T12:41:34+02:0016 septembre 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser