Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

13 juillet 2020 – L’activité du Soleil varie pendant un cycle de 11 ans.On peut déterminer la période dans laquelle le soleil se trouve en fonction des tâches qui apparaissent à sa surface.Ces dernières sont provoquées par le champ magnétique solaire.

 

Dans une étude publiée début 2020, des chercheurs du Space Weather Prediction Center (États-Unis) nous expliquaient qu’aucune tâche n’avait été observée pendant plus de 30 jours consécutifs. Ils concluaient à une activité solaire proche du minimum.

UN NOUVEAU CYCLE SOLAIRE

De son côté, une équipe indienne d’IISER Kolkata envisageait le commencement d’un nouveau cycle solaire en ce début d’année 2020.C’est le changement de polarité des paires de tâches solaires – qui s’inversent d’un cycle à l’autre – qui aurait permis aux chercheurs indiens d’en arriver à leur conclusion grâce notamment aux données fournies par l’Observatoire de la dynamique solaire (SDO).

Nous rentrons, en cette année 2020 dans le 25e cycle solaire avec un maximum prévu en 2025. Sur 74 régions observées, 41 ont une orientation de polarité conforme au cycle précédent. 33 régions ont donc l’orientation attendue en ce 25e cycle.

QU’EN EST-IL DE LA MINI PÉRIODE GLACIAIRE ANNONCÉE ?

L’activité solaire ayant un impact sur le climat terrestre, nous pouvons nous questionner sur l’avenir du climat planétaire dans les décennies à venir.Même si un certain nombre de chercheurs prévoient que nous pourrions entrer dans un mini-âge glaciaire, les chercheurs d’IISER Kolkata sont formels : ce grand minimum, ce n’est pas encore pour maintenant.

En revanche, divers scientifiques envisagent que les cycles pourraient s’affaiblir jusqu’à atteindre le minimum d’Eddy entre 2050 et 2070. Entre 1645 et 1715, le nombre de taches solaires était plus faible qu’aujourd’hui.

On appelle ce minimum solaire le «minimum de Maunder». Entre 1800 et 1825, un autre minimum, certes moins important avait aussi été observé : le «minimum de Dalton».

Thierry Penin (Rédaction btlv.fr / source MÉTÉO CONTACT et NASA)