fbpx
x

(SORCELLERIE) Une sorcière bientôt graciée 300 ans après avoir été condamnée

23 août 2021 – Si la ville de Salem a fait de sa réputation un argument publicitaire pour faire venir les touristes du monde entier, il est bon de rappeler qu’elle fut aussi et surtout un lieu de condamnation suite à des procès en sorcellerie très souvent à charge. Bon nombre de femmes furent condamnées à mort et parmi elles, Elizabeth Johnson qui aurait fait partie des près de 175 personnes qui furent emportées par le cas d’hystérie collective qui a frappé la Nouvelle-Angleterre dans les années 1690.  

Condamnée à mort pour pratique illégale de la sorcellerie en 1693, elle avait réussi à éviter l’exécution lorsque le gouverneur du Massachusetts de l’époque, William Phips, lui avait accordé un sursis, celui-ci se rendant bien compte des injustices qui se déroulaient à Salem.

Décédée en 1747, sa condamnation est restée dans les livres depuis son procès. Deux siècles plus tard, en 1957, les législateurs du Massachusetts adoptèrent un projet de loi qui disculpait de nombreuses condamnées à tort dans les monstrueux procès des soi-disant sorcières. Malgré tout, son nom ne figurait pas sur cette liste tout comme dans celle du projet de loi similaire promulguée en 2001.

LE TRAVAIL D’UNE CLASSE

N’ayant aucune famille, personne ne chercha à laver sa réputation jusqu’à l’année passée lorsqu’un cours d’éducation civique dans la ville de North Andover, dans le Massachusetts, a décidé de défendre sa cause.

Dirigés par l’enseignante Carrie LaPierre, les élèves ont fait des recherches sur l’histoire de Elizabeth Johnson. Après de nombreux cours, ils ont pu contacter la sénatrice de l’État, Diana DiZoglio et demander à effacer sa condamnation : « Nous ne pourrons jamais changer ce qui est arrivé à ces victimes », a déclaré la sénatrice « mais nous pouvons, au moins, remettre les pendules à l’heure ». Reste maintenant à faire adopter sa demande par l’État. Si c’est le cas, elle sera la dernière «sorcière» condamnée lors des procès à voir son nom officiellement blanchi. 

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-08-26T15:10:26+02:0023 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser