fbpx

(TECH) La nouvelle fonction de Google Earth met en lumière les effets néfastes du réchauffement climatique

16 avril 2021 — Nous sommes habitués aux innovations technologiques de Google et celle-ci devrait alerter notre conscience collective. La nouvelle fonction Timelapse, et ses quelques 24 millions d’images satellites depuis 1984, met en relief les dégâts du réchauffement climatique mais aussi l’urbanisation excessive de la Planète.

Le cloud a travaillé pendant près de 2 millions d’heures pour traiter ces images. 

Google a collaboré avec la NASA et leur programme Landsat de la United States Geological Survey, le programme d’observation de la Terre le plus ancien au monde , le programme européen Copernicus  avec ses satellites Sentinel, et le Create Lab de l’Université Carnegie Mellon. 

Leur travail met en lumière la dramatique fonte des calottes glaciaires, l’urbanisation de la planète ses 30 dernières années mais également la déforestation, les incendies de fôret et les effets drastiques de l’agriculture. 

L’outil peut également être utilisé de manière ludique afin de se balader aux quatre coins du monde et d’observer l’évolution de différentes villes et différents quartiers. 

Chloé Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Dans l’Univers la vie commencerait avant la naissance des étoiles

12 mai 2021 — Les conditions de vie apparaissent avant même la formation des planètes, c’est la conclusion à laquelle sont parvenus les scientifiques qui ont découvert du méthanol dans un nuage de poussière et de gaz autour de la jeune  étoile HD 100546.

La température du nuage autour de l’étoile est trop élevée pour que le méthanol s’y forme, et une molécule organique aussi complexe est probablement née dans le nuage interstellaire avant la naissance de l’étoile. Cette découverte prouve que l’espace interstellaire a déjà les ingrédients pour que la vie commence.

«C’est assez intéressant – en principe, ce composé organique peut être présent sur toutes les planètes qui se forment autour d’étoiles de tout type», explique l’astrochimiste Viviana Guzman de l’Université pontificale catholique du Chili à Santiago.

Un nuage de gaz et de poussière en forme de disque qui contient déjà du méthanol

LACCOUCHEMENT DUNE ÉTOILE NEST PAS SIMPLE

Des molécules organiques complexes ont déjà été observées dans des nuages ​​interstellaires de gaz et de poussière, mais les astronomes ne savaient pas si la matière organique pouvait survivre à la formation d’un disque protoplanétaire.

«La formation d’étoiles n’est pas un processus facile», déclare l’astronome Alice Booth de l’Université de Leiden aux Pays-Bas. « Le rayonnement de l’étoile et les ondes de choc peuvent détruire les molécules qui se trouvaient dans le nuage interstellaire. »

Alice Booth et ses collègues ont observé un nuage de poussière et de gaz autour de la jeune étoile brillante HD 100546, à environ 360 années-lumière. Dans ce document, les scientifiques ont découvert du méthanol, qui est considéré comme le matériau essentiel de l’apparition de la vie, car il est nécessaire à la formation d’acides aminés et de protéines.

Le méthanol n’a pas pu se former dans le disque car cette molécule est formée par l’interaction de l’hydrogène avec la glace de monoxyde de carbone, qui gèle à des températures inférieures à –253 degrés Celsius. Le disque autour de HD 100546 est beaucoup plus chaud. Ainsi, le disque doit avoir reçu du méthanol du nuage interstellaire qui a formé l’étoile, ont déclaré les chercheurs.

«C’est la première preuve d’une chimie intéressante qui se produit au début de la formation des étoiles», déclare l’astrochimiste Karin Oberg de l’Université de Harvard, qui n’a pas participé à l’étude. Elle conseille de rechercher du méthanol et d’autres molécules organiques dans des disques autour d’autres jeunes étoiles pour « voir s’il s’agit d’un cas isolé ».

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2021-04-16T14:46:04+02:0016 avril 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser