fbpx

(TECHNOLOGIE) Apple, des voitures autonomes et électriques d’ici 2024 ?

22 décembre 2020 — Le géant californien prévoit de créer un système de conduite autonome et une batterie monobloc ces prochaines années. Leur but ? Réduire le coût de fabrication tout en rendant le véhicule nettement plus sûr. Apple ne va peut-être pas commercialiser ces voitures sous leur marque. Un projet qui pourrait prendre du retard à cause de la crise sanitaire actuelle.

C’est une nouvelle innovation pour le groupe qui prévoit une production de leur propre véhicule électrique autonome pour 2024, le nom n’a pas été divulgué. Le projet Titan, qui a pour but d’encadrer le développement, avait été lancé en 2014 mais en 2019 environ 190 membres de l’équipe ont été licenciés. Le programme semblait tomber à l’eau jusqu’à ce que Reuters, une agence de presse fondée en 1851 à Londres, parle d’un nouveau modèle à commercialiser.

La marque à la pomme n’a toujours pas officialisé cette information, Reuters a réussi à avoir des sources proche d’Apple. Diverses personnes ont témoigné et affirment que le projet Titan est en cours et que des batteries d’un nouveau genre étaient à l’heure actuelle en développement par des spécialistes. Un de leur objectif est de vendre leurs innovations moins chères avec une meilleure performance.

APPLE CAR, LE VÉHICULE RÉVOLUTIONNAIRE

C’est la société de Cupertino aux États-Unis, qui pourrait potentiellement s’associer à un constructeur automobile pour la fabrication des modèles. Des ingénieurs travaillent sur une future batterie monocellulaire et pensent à prendre un pack lithium-fer-phosphate. C’est la première batterie pour véhicule électrique en un seul bloc, avec une nouvelle composition prometteuse. Un nouveau système de conduite autonome sera mise au point par Apple, selon des experts. Un système qui va être inséré sur les nouveaux véhicules construits par une entreprise du secteur automobile.

Les capteurs LiDAR présents sur les iPhone et les iPad pourraient être utilisés comme technologie dans les voitures qui seront destinées au grand public et non pour des services de transport de passagers. Et d’après un spécialiste du projet Titan, « S’il existe une société dans le monde possédant les ressources nécessaires, c’est probablement Apple. Mais en même temps, on ne parle pas d’un téléphone portable ».

Morgane Nenert (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-22T17:50:47+01:0022 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser