fbpx

(TECHNOLOGIE) Des galets connectés vont analyser les cours d’eau !

27 février 2021 – Dans les Hautes-Pyrénées, près de la ville de Beaucens, ce sont 900 galets connectés, tous équipés de puces RFID,  qui viennent d’être disposés sur les bords de la rivière « Gave de Pau ».

Les roches vont permettre aux experts de pouvoir mieux expliquer un phénomène courant dans les territoires montagneux, comme les Pyrénées : le déplacement des sédiments durant les fortes crues, un mouvement pouvant avoir des conséquences importantes sur les territoires touchés.

COMPRENDRE LES LIENS ENTRE ÉLÉMENTS LIQUIDES ET SOLIDES

Depuis 2019, la communauté d’agglomération « Tarbes-Lourdes Pyrénées » (PVLG), mise sur des technologies, toujours plus innovantes, afin de tenter de mieux analyser ce phénomène de déplacements de sédiments. Benoît Thouary, chargé de mission au service inondation de la PVLG, explique cela : « L’ambition est de mobiliser les nouvelles technologies d’observation et de mesure pour mieux comprendre les corrélations entre les débits liquides et solides ».

Ce projet, nommé O2H, pour « Observation et Outils de gestion de l’Hydromorphologie des gaves » a déjà permis l’installation de six stations fixes pour étudier l’évènement, autour de l’ancien lac des Gaves. « Les galets communicants viennent compléter le dispositif » déjà existant, relève Benoît Thouary. « L’objectif est de surveiller l’évolution morphologique des cours d’eau et d’établir des modèles prédictifs de transport des solides », précise-t-il.

Cliché des galets connectés.

Afin de l’accompagner dans ses missions de recherches, la communauté d’agglomération, peut également compter sur l’appui de plusieurs partenaires, réunis dans un consortium, composé du fournisseur d’électricité, EDF ; d’une startup locale de Hautes-Pyrénées, Oxygone, spécialisée dans les outils de surveillances des cours d’eau connectés, et de Tetraedre France, une entreprise proposant des équipements d’acquisition et de télétransmission autonomes adaptés pour l’eau et les milieux naturels.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-02-27T12:54:28+01:0028 février 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser