fbpx

(TECHNOLOGIE) La combinaison d’invisibilité est bientôt prête

9 décembre 2020 – Inspirées par les céphalopodes comme le calmar ou le poulpe, des études récentes en Corée semblent être à la base d’un dispositif permettant d’être invisible aux yeux des autres mais aussi des caméras thermiques. Comme la cape d’invisibilité dans Harry Potter ou dans les films de science-fiction, une équipe de chercheurs coréens de l’Université de Séoul (Corée du Sud) dirigée par Seung Hwan Ko est sur le point de concevoir des combinaisons d’invisibilité.

Prototype de cape d’invisibilité conçu par l’Université de Tokyo

Leur dispositif serait une « peau » de camouflage à base de plaques souples composées d’un système de chauffage qui permettent d’imiter les couleurs visibles et l’environnement thermique. Détaillée dans la revue Advanced Functional Materials, la technique permet, pour l’instant, en approximativement 5 secondes les modifications des paramètres des plaques. Concernant la couleur, le dispositif est constitué de « pixels » à cristaux liquides thermochromiques qui permettent d’afficher une palette de couleurs variée.

DES ESSAIS PROMETTEURS

Seung Hwan Ko explique que lors de leurs tests, « lorsque la main se déplace sur différents arrière-plans chaque pixel change séquentiellement de couleur/température en fonction de leur position relative ». Pendant leurs premiers tests, ils ont changé de couleur de façon manuelle.

Exemples de clonages thermiques et optiques obtenus avec le dispositif  / Crédits : Seung Hwan/Université nationale de Séoul

Seung Hwan Ko souligne : « cependant, nous avons récemment développé une méthode pour détecter et imiter l’environnement en intégrant une micro-caméra à nos appareils pour en faire un dispositif fonctionnant de manière autonome ». Il précise qu’avec son équipe, ils pourraient réaliser une plus grande version et faire en sorte qu’elle fonctionne avec les températures rencontrées dans les déserts ou sur les glaces. Seung Hwan Ko se veut rassurant « ce problème peut être résolu en ajoutant un isolant thermique adéquat », même si ces modifications pourraient altérer les performances.

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) Est-il dangereux de jouer au Ouija ?

28 février 2021 – Pour capter des informations ou par amusement, les adeptes du spiritisme s’adonnent au Ouija (prononcé « oui-ja »). Invention du XIXème siècle, cette planche sur laquelle se trouvent les lettres de l’alphabet, les chiffres, et les termes « oui », « non » voire « bonjour » et « au revoir », semble pouvoir être l’intermédiaire entre le monde de l’au-delà et les vivants. Les utilisateurs du Ouija questionnent l’esprit qui serait « appelé » en séance par l’intermédiaire d’un objet (un verre ou une « goutte »). Ce dernier se dirige vers les symboles, les uns après les autres, afin de constituer des réponses à leurs questions. Pour certains, le déplacement est dû à l’énergie des participants ou à l’effet idéomoteur (mouvements inconscients des personnes qui touchent l’objet durant la séance), pour d’autres à des entités appartenant au monde du subtil ou au royaume des défunts.

Alors que la communauté scientifique considère la pratique comme une pseudoscience, et que pour certains parapsychologues, le Ouija est sans danger particulier, un certain nombre de médiums déconseillent fortement de  » jouer avec ça « . En effet, des expériences négatives en séance et/ou des conséquences indésirables pourraient se manifester en s’adonnant à la pratique du Ouija (voir la libre antenne BTLV du 25 janvier).

En 1901, William Fuld, inventeur et entrepreneur américain de Baltimore (Maryland), a commencé la production de ses propres planches sous le nom de « Ouija ». D’après lui, « Ouija » serait un ancien mot égyptien signifiant  » bonne chance. » Il est aussi la combinaison de « oui » en français et en allemand. Le Ouija fût considéré pendant longtemps comme un jeu de société, puis pendant la première guerre mondiale, Pearl Curran (médium américaine) en a fait un support de divination. Elle aurait été guidée, via le Ouija par Patience Worth pour écrire ses romans.

Les spirites disent que le Ouija est une forme de médiumnité qui permettrait de communiquer avec d’autres plans. Pour les religions monothéistes, cette pratique est liée à l’occulte, et ceux qui participent à des séances de Ouija parlent en réalité avec le Diable ou des entités négatives.

Alors si comme dans le film  » Jumanji « , vous préférez ne pas être obligé de terminer la partie, mieux vaut peut-être ne pas la commencer … Cependant, pour les plus audacieux d’entre vous, pourquoi ne pas aller passer une soirée au château de Fougeret, dans la Vienne, pour oser l’expérience avec Véronique Geffroy, une experte en la matière ?

Voir également l’émission  » Les Affranchis de l’info  » : Paranormal, peut-on tout expliquer ? (réservé aux abonnés)

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2020-12-10T15:30:51+01:0010 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser