fbpx
x

(TECHNOLOGIE) La Russie développe un moteur de fusée électrique pour explorer l’espace lointain

12 juillet 2021 — Des scientifiques russes envisagent d’explorer l’espace lointain à l’aide de moteurs ioniques de nouvelle génération. Les travaux très prometteurs ont commencé pour le développement de nouvelles technologies spatiales avec la coopération de civils et de militaires.

Un moteur ionique est un moteur qui produit sa force de propulsion en accélérant des ions à très haute vitesse.  Il est classé dans la famille des propulseurs électriques c’est-à-dire des moteurs dont l’énergie est d’origine électrique et fournie par une source externe (panneaux solaires) par opposition aux moteurs-fusées classiques qui tirent leur énergie des réactions chimiques ou des ergols. C’est un propulseur électromagnétique car l’accélération des ions est obtenue à l’aide d’un champ électrique.

Moteur ionique ancienne génération

COOPÉRATION ENTRE CIVILS ET MILITAIRES

Une équipe formée de représentants de deux universités, l’Académie spatiale militaire, qui forme des spécialistes pour les forces aérospatiales, et l’Université polytechnique civile de Saint-Pétersbourg de Pierre le Grand  a débuté des travaux théoriques et expérimentaux, dont le but est de mettre au point un moteur ionique basé sur la technologie d’ionisation des gaz sous vide à l’aide de membranes poreuses.

« Pour confirmer les capacités de cette nouvelle technologie, un calcul théorique des éléments structurels du moteur et une modélisation mathématique du processus d’ionisation ont été effectués, un prototype d’un moteur de fusée électrique de nouvelle génération a été testé dans une chambre à vide pour les tests de mise à feu.

Des essais au sol dans des conditions de vide ont montré qu’une nouvelle technologie d’auto-ionisation membranaire très efficace basée sur une membrane métallique poreuse « froide » a été obtenue. L’argon, l’hélium, le gaz SF6 et même l’air ont été utilisés comme base de tests avec le xénon traditionnellement utilisé », rapporte Krasnaya Zvezda.

Des essais effectué dans une chambre à vide

VERS LE DÊPOT DUN BREVET

Sur la base des résultats des travaux effectués, un brevet pour l’invention « Moteur de fusée électrique  » a été préparé, qui comprend trois parties pour augmenter l’efficacité énergétique du nouveau moteur. La première idée implique l’utilisation de cathodes à photoémission, qui utilisent l’énergie photonique d’un courant-jet pour neutraliser les particules chargées après avoir utilisé leur énergie cinétique. La seconde implique l’installation d’un photodétecteur de rayonnement lumineux, qui crée un signal lors de l’enregistrement des photons, qui permettra de contrôler à distance le fonctionnement du moteur et de créer sur sa base un système de contrôle automatique du mouvement de l’engin spatial. La troisième idée propose de récupérer une partie de l’énergie dépensée pour l’ionisation et l’accélération des particules chargées pour alimenter le réseau de bord de l’appareil. Le calendrier de mise en œuvre de nouveaux moteurs ioniques pour équiper les vaisseaux spatiaux  pour l’exploration de l’espace lointain n’a pas été dévoilé.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(FOSSILE) Un paresseux géant retrouvé en Guyane

27 octobre 2021 – Quatre mètres, quatre tonnes. Aussi lourd qu’un éléphant. Trouver le squelette d’un paresseux géant en Guyane est une première en France. L’espèce a disparu il y a 12 000 ans.

C’est le paléontologue Pierre-Olivier Antoine qui est à l’origine de la découverte… Dans une mare de boue, dans la région de Maripasoula, à la frontière du Suriname. “Il est très difficile de trouver des fossiles en Guyane à cause de l’acidité des sols et du couvert forestier”, explique ce professeur à l’Université de Montpellier.

Des vestiges ont déjà été trouvés en Patagonie, au sud de l’Argentine, mais jamais dans le département français. Pendant une semaine, six paléontologues ont déterré plusieurs os dont des maxillaires et des mandibules, en plein cœur de la forêt amazonienne. L’espèce a rapidement été identifiée : c’est un Eremotherium laurillardi. Un herbivore qui, contrairement à son descendant actuel, ne se déplaçait qu’à terre et non dans les arbres… Ce que l’on comprend aisément lorsqu’on pèse plusieurs tonnes…

La trouvaille est une aubaine pour la Guyane. Les paléontologues espèrent retrouver des restes d’autres animaux ayant vécu en même temps que le paresseux géant. Les fossiles ont été présentés à certains collégiens guyanais.

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-07-12T17:26:29+02:0012 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser