fbpx

(TECHNOLOGIE) Reconstitution par l’IA du visage des empereurs romains

27 octobre 2020 – Une prouesse technologique a rendu possible de voir à quoi ressemblaient des dizaines d’empereurs romains. L’intelligence artificielle a permis de reconstituer de manière très précise l’apparence des anciens empereurs Romains. Finalement, ce sont des visages que l’on pourrait croiser à la boulangerie tous les matins. Grâce au Canadien Daniel Voshart, des reconstitutions numériques ont permis d’aller beaucoup plus loin en finesse, que les sculptures les plus détaillées.

Le concepteur de réalité virtuelle s’est servi d’algorithmes informatiques qui apprennent par eux-mêmes.  Au départ, ce fut une distraction durant le confinement mais Voshart s’est fait prendre au jeu et a travaillé sur 54 visages d’empereurs Romains ayant vécu sur une période de 3 siècles (de 27 av.J-C à 285 après J.-) comme ceux de Claudius, Néron ou encore Maximinus Thrax.

800 BUSTES UTILISÉS

Grace à des algorithmes, 800 bustes ont été analysés afin de modéliser les détails des visages comme les rides ou encore les cheveux des empereurs. Voshart a d’ailleurs utilisé des bustes taillés dans la pierre de leur vivant.

Le réseau neuronal (système informatique qui examine les informations comme le feraient les neurones de notre cerveau) a permis à  Voshart d’aller plus loin dans les détails. Il a encore précisé son travail avec Photoshop grâce aux indications trouvées, pendant 2 mois, sur des pièces de monnaie, des tableaux ou des écrits.

Daniel Voshart explique qu’ «il existe une règle empirique dans la programmation informatique appelée « poubelle dans les ordures », et elle s’applique à Artbreeder», le logiciel qui lui a permis ce résultat. Il ajoute qu’un « un buste bien éclairé et bien sculpté avec peu de dégâts et des traits de visage standard va être assez facile à obtenir ». En effet, des sculptures altérées ou des sculptures photographiées avec une lumière médiocre peut donner des images « de déchets » qui éloigneraient le résultat de la réalité.

DES VISAGES PLUS VRAIS QUE NATURE

Pour la couleur, il a donné à Artbreeder un visuel de référence coloré pour que le système informatique « devine » la répartition des teintes pour un résultat humain. Avec ses recherches et l’IA, Voshart a permis de nous rendre compte des vrais visages des empereurs Romains de l’époque car, les sculptures, aussi précises soient-elles, ne révèlent pas autant de détails que les technologies actuelles associées à un travail d’investigation poussé.

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) Est-il dangereux de jouer au Ouija ?

28 février 2021 – Pour capter des informations ou par amusement, les adeptes du spiritisme s’adonnent au Ouija (prononcé « oui-ja »). Invention du XIXème siècle, cette planche sur laquelle se trouvent les lettres de l’alphabet, les chiffres, et les termes « oui », « non » voire « bonjour » et « au revoir », semble pouvoir être l’intermédiaire entre le monde de l’au-delà et les vivants. Les utilisateurs du Ouija questionnent l’esprit qui serait « appelé » en séance par l’intermédiaire d’un objet (un verre ou une « goutte »). Ce dernier se dirige vers les symboles, les uns après les autres, afin de constituer des réponses à leurs questions. Pour certains, le déplacement est dû à l’énergie des participants ou à l’effet idéomoteur (mouvements inconscients des personnes qui touchent l’objet durant la séance), pour d’autres à des entités appartenant au monde du subtil ou au royaume des défunts.

Alors que la communauté scientifique considère la pratique comme une pseudoscience, et que pour certains parapsychologues, le Ouija est sans danger particulier, un certain nombre de médiums déconseillent fortement de  » jouer avec ça « . En effet, des expériences négatives en séance et/ou des conséquences indésirables pourraient se manifester en s’adonnant à la pratique du Ouija (voir la libre antenne BTLV du 25 janvier).

En 1901, William Fuld, inventeur et entrepreneur américain de Baltimore (Maryland), a commencé la production de ses propres planches sous le nom de « Ouija ». D’après lui, « Ouija » serait un ancien mot égyptien signifiant  » bonne chance. » Il est aussi la combinaison de « oui » en français et en allemand. Le Ouija fût considéré pendant longtemps comme un jeu de société, puis pendant la première guerre mondiale, Pearl Curran (médium américaine) en a fait un support de divination. Elle aurait été guidée, via le Ouija par Patience Worth pour écrire ses romans.

Les spirites disent que le Ouija est une forme de médiumnité qui permettrait de communiquer avec d’autres plans. Pour les religions monothéistes, cette pratique est liée à l’occulte, et ceux qui participent à des séances de Ouija parlent en réalité avec le Diable ou des entités négatives.

Alors si comme dans le film  » Jumanji « , vous préférez ne pas être obligé de terminer la partie, mieux vaut peut-être ne pas la commencer … Cependant, pour les plus audacieux d’entre vous, pourquoi ne pas aller passer une soirée au château de Fougeret, dans la Vienne, pour oser l’expérience avec Véronique Geffroy, une experte en la matière ?

Voir également l’émission  » Les Affranchis de l’info  » : Paranormal, peut-on tout expliquer ? (réservé aux abonnés)

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2020-10-28T10:28:12+01:0027 octobre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser