fbpx

(TECHNOLOGIE) Les New-Yorkais refusent de se faire contrôler ou arrêter par des chiens robots

6 mai 2021 — La police  de New York a annulé le contrat avec la société américaine Boston Dynamics pour l’utilisation du chien robot Digidog. Le robot qui récemment était salué comme l’avenir de la lutte contre le crime à New York. Cependant,  il a été victime des critiques des New-Yorkais qui n’étaient pas prêts pour cela. Le maire de New York, Bill de Blasio, a ordonné que le robot controversé, en cours d’essai avec la police, soit retiré de la circulation, et qu’un contrat de 94 200 dollars avec Boston Dynamics soit annulé.

En juin dernier, le conseil municipal de New York a adopté le CCTV Public Oversight Act, qui oblige le service de police de la ville de New York (NYPD) à être plus transparent sur les outils de surveillance et l’utilisation de la technologie robotique. À cet égard, des militants des droits de l’homme ont rappelé à la police locale que depuis juin de l’année dernière, ils utilisent le chien robotique Digidog développé par la société américaine Boston Dynamics.

 IMPOSSIBILITÉ DE DOTER UN ROBOT DE POUVOIRS DE POLICE

Selon des membres de l’American Civil Liberties Union, doter un robot de pouvoirs de police pourrait mettre en péril la vie privée des citoyens. Des militants des droits de l’homme et des personnalités publiques ont également exprimé leurs craintes que le robot puisse être utilisé par la police comme une arme. Pour sa défense la police à répondu qu’elle n’était pas d’accord avec cela et que cette technologie aide à recueillir des informations dans des situations dangereuses en diminuant les risques de blessures et de décès. Les services de police se sont appuyés sur une opération le 23 février dernier, quand elle a utilisé un chien robot lors d’une opération de sauvetage d’otages. Digidog est équipé de caméras, de sources lumineuses et d’un système de communication. Les forces spéciales ont lancé un chien robotique dans un appartement du Bronx, où elles deux otages étaient retenus, mais les kidnapeurs ont réussi à s’échapper. Le 13 avril, Digidog a été aperçu en train d’arrêter un homme dans la rue, mais la police a déclaré que Digidog était en mode veille et n’avait pas été utilisé contre l’attaquant.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(SCIENCE) Nos premiers souvenirs remonteraient à l’âge de deux ans et demi

15 juin 2021 — Savez-vous à quel âge remontent vos premiers souvenirs ? Jusqu’à maintenant il était coutume de dire que nos premiers souvenirs remontaient à l‘âge de 3ans et demi. Mais visiblement il n’en est rien selon les travaux d’une étude récente. Des scientifiques canadiens de l’Université Memorial de Terre-Neuve ont mené une étude qui démontrerait que nos premiers souvenirs d’enfance pourraient remonter à l’âge de 2 ans et demi.

Depuis plus de 20 ans, le Dr Carol Peterson étudie la mémoire, en se concentrant sur la capacité des enfants et des adultes à se souvenir de leurs premières années. Sur 697 des 992 participants, elle a comparés leurs souvenirs avec ceux de leurs parents.

DES SOUVENIRS QUI REVIENNENT FACILEMENT

Pour le Dr Peterson, la surprise a été découvrir que les souvenirs à l’âge de 2 ans remontaient facilement à la surface : « C’est pour deux raisons. Tout d’abord, les souvenirs doivent être « ravivés ». Une personne peut être interrogée sur le souvenir le plus ancien, et en en demandant plus, elle se retrouvera « dans un espace  » dans lequel il n’y a pas de démarcation claire dans le temps.

Deuxièmement, nous avons documenté que ces premiers souvenirs sont systématiquement mal datés. De plus, nous constatons que les gens pensent qu’ils étaient plus âgés qu’ils ne le sont vraiment dans leurs souvenirs. »

DÉCALAGE DANS LE TEMPS ENTRE PARENTS ET ENFANTS

Dans le cadre de l’étude, le Dr Paterson a confirmé que la personne donnait généralement un âge, et ses parents eux déclarés que c’était beaucoup plus tôt, généralement vers deux ans. Curieusement, l’expérience avec les enfants l’a également prouvé. Auparavant, elle avait interrogé les enfants sur leurs premiers souvenirs. Elle a posé une question similaire 2 et 8 ans plus tard. Dans le premier cas, les enfants ont indiqué un âge plus tôt, et dans le second, ils ont ajouté plusieurs années à eux-mêmes. L’équipe de Peterson pense que cela est dû au télescopage – la tendance à « regarder à travers l’objectif » lors du rappel d’un événement qui s’est produit il y a longtemps.

« Cet effet vous permet de voir de plus près des événements plus éloignés dans le temps », expliquent les auteurs de l’étude. « En moyenne, les gens » vieillissent « leurs souvenirs d’un an ».

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2021-05-06T14:36:25+02:006 mai 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser