fbpx

(TECHNOLOGIE) L’intelligence artificielle peut-elle prévoir le futur ?

22 juillet 2021 —  C’est l’année dernière qu’est apparu sur le marché, un algorithme pour créer des textes GPT-3. Il a été, depuis, utilisé par le quotidien The Guardian. Cet algorithme permet de générer des phrases automatiquement grâce à 175 milliards de paramètres. Cela permet de générer des idées pour un article, d’avoir des phrases plus pertinentes, de créer des publicités pour un public spécifique … Certains journalistes s’en servent pour générer automatiquement des articles. D’autres utilisations sont destinées à des bots, pour répondre comme un humain à vos questions.

PRÉDIRE L’AVENIR

Une auteure et chercheuse en Intelligence Artificielle, Janelle Shane, a essayé de pousser le plus loin possible cette application pour essayer de connaître le futur. Elle a expliqué que le but de ce travail était de découvrir à quel point l’intelligence artificielle peut être utile. Pour le savoir, elle a demandé à GPT-3 de créer des titres de la presse en se concentrant sur ce qui se passe aujourd’hui.

Janelle Shane note que GPT-3 connaissait déjà la majorités des  titres jusqu’en 2019, ce qui lui a permis de rassembler les unes les plus fortes de cette année. Elle a constaté que l’actualité de 2020 avait déjà été exceptionnelle et personne n’avait prédit tous les événements qui se sont produits. Une fois toutes les données assimilées,  GPT-3  est devenue complètement incontrôlable pour ses titres du futur. On dirait que les gros titres qu’elle a sorti sont tirés d’un roman de science-fiction. « Les chercheurs craignent que les lasers spatiaux extraterrestres envahissent notre système solaire, ou encore  « Qui sont les dragons chats et pourquoi sont-ils excités », sans oublier les scorpions sur la lune et les pingouins géants !

L’ESPACE À LA UNE

Janelle Shane a également noté que les principales informations que GPT-3 a créé concernent l’espace, mais elle n’a pas déterminée si ces infos étaient bonnes ou mauvaises : « Scorpions du côté obscur de la lune » ou encore le robot perdu de la NASA revient à la vie après quatre décennies dans l’obscurité totale et « Il y a un trou mystérieux dans le soleil. »

Les médiums et voyantes peuvent se rassurer, l’intelligence artificielle n’est pas prête de les remplacer, par contre rien n’est gagné pour les journalistes.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) La sonde Lucy est partie aujourd’hui à la conquête des astéroïdes de Jupiter

16 octobre 2021 – La sonde Lucy de la NASA est partie ce matin depuis Cap Canaveral en Floride. Elle se dirigera vers les astéroïdes troyens de Jupiter, corps célestes gravitant autour du Soleil sur la même orbite que celle de la géante gazeuse.

La sonde Lucy voyagera durant six ans avant d’effectuer la majorité de ses observations entre 2027 et 2033. Son but sera d’étudier les astéroïdes troyens, afin de déterminer leur origine et de confirmer ou invalider le modèle de Nice, expliquant la disparité des corps célestes à l’origine de la formation du système solaire. Les astéroïdes troyens sont des astéroïdes qui se situent à des points stables autour de Jupiter, ils sont situés à plus de 700 millions de kilomètres du soleil et ce sera la première fois qu’ils vont être survolés par une mission spatiale. Une fois arrivée à destination, la sonde pourra commencer à étudier ces objets célestes dont la composition, la densité, la forme permettront par exemple d’en savoir plus sur l’évolution de l’agencement des planètes autour de notre soleil. Les astronomes espèrent que l’étude de ces astéroïdes leur permettra de mieux comprendre la naissance de notre système solaire.

UNE SONDE PORTEUSE D’UN MESSAGE À DESTINATION DE NOS DESCENDANTS

En plus de permettre l’étude des astéroïdes de Jupiter, la sonde Lucy servira aussi de capsule temporelle spatiale à destination de nos descendants.  De fait, elle contiendra des écrits de penseurs majeurs ainsi qu’un schéma de la position exacte des planètes le jour du lancement de Lucy. Le parcours de la sonde a été étudié afin de la rendre facilement accessible pour des descendants disposant d’une technologie largement supérieure. En effet, à la fin de sa mission en 2033  Lucy suivra la même orbite que les astéroïdes troyens autour du soleil ce qui signifie qu’elle pourrait errer dans cette orbite  pour des centaines, des milliers voire des millions d’années. De cette façon, les chercheurs espèrent que la sonde Lucy deviendra une relique archéologique qui pourra être récupérée par des descendants ayant la capacité de voyager jusqu’à Jupiter. Cependant nos descendants auront-ils le temps d’atteindre un tel niveau de technologie avant que l’humanité ne disparaisse est une question que l’on peut se poser.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-22T16:41:26+02:0022 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser