fbpx

(TECHNOLOGIE) L’intelligence artificielle peut-elle prévoir le futur ?

22 juillet 2021 —  C’est l’année dernière qu’est apparu sur le marché, un algorithme pour créer des textes GPT-3. Il a été, depuis, utilisé par le quotidien The Guardian. Cet algorithme permet de générer des phrases automatiquement grâce à 175 milliards de paramètres. Cela permet de générer des idées pour un article, d’avoir des phrases plus pertinentes, de créer des publicités pour un public spécifique … Certains journalistes s’en servent pour générer automatiquement des articles. D’autres utilisations sont destinées à des bots, pour répondre comme un humain à vos questions.

PRÉDIRE L’AVENIR

Une auteure et chercheuse en Intelligence Artificielle, Janelle Shane, a essayé de pousser le plus loin possible cette application pour essayer de connaître le futur. Elle a expliqué que le but de ce travail était de découvrir à quel point l’intelligence artificielle peut être utile. Pour le savoir, elle a demandé à GPT-3 de créer des titres de la presse en se concentrant sur ce qui se passe aujourd’hui.

Janelle Shane note que GPT-3 connaissait déjà la majorités des  titres jusqu’en 2019, ce qui lui a permis de rassembler les unes les plus fortes de cette année. Elle a constaté que l’actualité de 2020 avait déjà été exceptionnelle et personne n’avait prédit tous les événements qui se sont produits. Une fois toutes les données assimilées,  GPT-3  est devenue complètement incontrôlable pour ses titres du futur. On dirait que les gros titres qu’elle a sorti sont tirés d’un roman de science-fiction. « Les chercheurs craignent que les lasers spatiaux extraterrestres envahissent notre système solaire, ou encore  « Qui sont les dragons chats et pourquoi sont-ils excités », sans oublier les scorpions sur la lune et les pingouins géants !

L’ESPACE À LA UNE

Janelle Shane a également noté que les principales informations que GPT-3 a créé concernent l’espace, mais elle n’a pas déterminée si ces infos étaient bonnes ou mauvaises : « Scorpions du côté obscur de la lune » ou encore le robot perdu de la NASA revient à la vie après quatre décennies dans l’obscurité totale et « Il y a un trou mystérieux dans le soleil. »

Les médiums et voyantes peuvent se rassurer, l’intelligence artificielle n’est pas prête de les remplacer, par contre rien n’est gagné pour les journalistes.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-22T16:41:26+02:0022 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser