fbpx

(TECHNOLOGIE) Premier essai réussi pour l’avion sans pilote de Boeing

22 décembre 2020 — Boeing et la Royal Australian Air Force (RAAF) ont terminé le premier test de roulage à grande vitesse du Loyal Wingman – un prototype de drone utilisant l’intelligence artificielle. Le drone se prépare pour ses premiers vols pour l’année prochaine.

Cet avion autonome Loyal Wingman est développé spécialement par Boeing pour la Royal Australian Air Force. Il devait décoller pour la première fois avant la fin de cette année, mais il faut attendre que tous les tests à grande vitesse soient effectués.  Comme l’a noté Boeing dans le communiqué de presse, cette étape des tests de drone à grande vitesse a permis aux développeurs de vérifier le bon fonctionnement de tous les systèmes de contrôle du  Loyal Wingman, ainsi que de tester les réactions du drone sur la piste de l’aérodrome.

©BOEING

DES SPÉCIFICITÉS TECHNIQUES EXCEPTIONNELLES

Le drone de Boeing a une longueur de 11 mètres et une envergure de 11,7 mètres. Il est réalisé selon une construction modulaire: la charge utile du drone sera placée dans des compartiments dans le nez du drone, qui seront amovibles et d’une longueur de 2,6 mètres. L’avion autonome aura une autonomie de vol de 3700 kilomètres. Il pourra être soit armé, soit transporter des systèmes de détection et de surveillance.

Les essais au sol du modèle australien sont très prometteurs. Ils ont débuté en septembre dernier sur une commande de l’armée de l’air australienne. Au cours de la première étape des essais au sol, des spécialistes ont vérifié le moteur, le système d’alimentation en carburant et le bon fonctionnement de l’équipement embarqué.

Boeing est la plus grande société aérospatiale au monde et le principal fournisseur d’avions commerciaux, de systèmes de défense, d’espace et de sécurité. En tant que premier exportateur américain, la société a des clients privés et étatiques dans plus de 150 pays. Boeing, malgré la crise économique mondiale, continue de jouer un rôle de précurseur en matière de technologie et d’innovation.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-22T11:42:02+01:0022 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser