fbpx

(TECHNOLOGIE) Un nouveau satellite est un véritable passe-muraille !

20 décembre 2020 – Le satellite Capella-2 va pouvoir capter des images radar d’une résolution de 50 cm x 50 cm, soit la plus haute résolution du marché même la nuit et quelles que soient les conditions météo. Ce satellite nouvelle génération de la société Capella Space pourra même capturer des images à travers les murs pour observer ce qui se passe dans certains bâtiments.

Le PDG, Payam Banazadeh, est un ancien ingénieur du Jet Propulsion Laboratory de la NASA. Il explique que la moitié du globe est toujours dans l’obscurité et qu’une bonne partie est couverte par des nuages. Il souligne : « Lorsque vous combinez ces deux éléments, environ 75% de la Terre, à un moment donné, sera plongée dans la nuit, sous les nuages, ou les deux ». Il a donc l’habitude de « voir » dans des conditions difficiles.

Vu artistique du satellite Capella-2 © Capella Space

D’abord appelé Sequoia, Capella-2 a été lancé il y a environ trois mois et a fait de la société Capella Space, la seule société commerciale américaine proposant l’imagerie SAR (Synthetic Aperture Radar, ou radar à synthèse d’ouverture) ou RSO en français (radar à synthèse d’ouverture). Ce concept inventé par Carl A. Wiley, (mathématicien à Goodyear Aircraft Company) en 1951, concurrence les systèmes d’imagerie optique actuels. Capella Space a lancé mercredi dernier, une plateforme qui permet de commander des images de n’importe quel endroit sur la planète. 6 satellites supplémentaires sont prévus pour l’an prochain. Payam Banazadeh avance que 2 satellites SAR travaillant en simultané sur une même cible pourront donner des images en 3D dans le cas où la cible en question n’ait pas de différence de hauteur.

QUELLES SERONT LES APPLICATIONS ?

Même si on peut se poser la question d’une possible surveillance grandissante – la législation américaine interdit d’aller au-delà de cette précision – cette technologie pourra aussi permettre de faire des observations plus précises du globe pour la recherche scientifique : les images SAR sont déjà utilisées pour l’océanographie, la glaciologie, la topographie, la géologie, la foresterie et pour la surveillance d’infrastructures ou encore pour les problèmes liés à l’environnement. Payam Banazadeh précise : « pour mieux comprendre notre planète, nous devons la surveiller de manière plus fiable et plus fréquente. En regardant les événements mondiaux des quatre dernières années depuis que nous avons commencé ce projet, je pense que cette capacité n’a jamais été plus nécessaire qu’aujourd’hui ». Le satellite Capella-2 va pouvoir observer un même endroit durant 60 secondes (le mode « spotlight ») alors qu’il se déplace à 7,5 km/s. Il émet un signal radio de 9,65 GHz en direction de sa cible et recueil le signal quand il rebondit en orbite. Le PDG de Capella Space explique : « à cette fréquence, les nuages sont pratiquement transparents. Vous pouvez pénétrer les nuages, le brouillard, l’humidité, la fumée, la brume… ». Parfois, ces signaux peuvent traverser les murs d’un bâtiment.

Image du centre de lancement de Jiuquan (Chine) © Capella Space

Capella Space sera probablement contactée pour la surveillance de la déforestation, des missions de sauvetage ou les suivies de marchandises en déplacement. Bien d’autres applications sont encore possibles avec cette technologie.

Vous aimez la conquête spatiale ? Voici tous les articles de la rédaction btlv.fr sur le sujet.

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-20T09:39:54+01:0020 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser