fbpx

(TECHNOLOGIE) Une caméra fait apparaître les couleurs invisibles

12 Novembre 2020 – Des chercheurs de l’université de Tel-Aviv en Israël, annoncent aujourd’hui avoir mis au point une caméra capable de voir les ondes infrarouges et ultraviolets qui échappent habituellement à notre vue.

Cela peut paraître difficile à imaginer mais il existe bien plus de couleurs que ce que l’œil humain est capable de voir. Les cônes, présents dans les globes oculaires, ne savent capter que les photons avec une longueur d’onde comprise entre 400 et 700 nanomètres (rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet).

Les ondes plus courtes (les ultraviolets) ou plus longues (infrarouges) ne peuvent être vues.

UNE TECHNOLOGIE POUR RÉVÉLER L’IMPERCEPTIBLE

Certains appareils photos hors de prix réussissent déjà à capturer certaines couleurs « invisibles » mais les chercheurs de l’université de Tel-Aviv affirment que leur technologie serait beaucoup moins onéreuse et beaucoup plus précise. De plus, elle pourrait facilement s’adapter à tout type de caméra.

Pour l’œil humain, l’air est invisible. Toutefois, certains éléments comme l’hydrogène, le carbone et le sodium possèdent une couleur bien particulière. Cette nouvelle technologie pourra capter ces différentes nuances. Il sera donc possible d’observer la pollution de l’air plus précisément. Avec cet équipement, les satellites pourraient surveiller la qualité de l’air ou les émissions produites par certaines usines, même pendant la nuit.

Cette avancée technologique pourrait aussi être mise à profit dans les domaines de la santé et de la sécurité.

Brevet déposé, les chercheurs israéliens travaillent maintenant au développement de leur invention et espèrent bientôt exposer cette innovation à plusieurs entreprises internationales.

Carine Privard (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) Est-il dangereux de jouer au Ouija ?

28 février 2021 – Pour capter des informations ou par amusement, les adeptes du spiritisme s’adonnent au Ouija (prononcé « oui-ja »). Invention du XIXème siècle, cette planche sur laquelle se trouvent les lettres de l’alphabet, les chiffres, et les termes « oui », « non » voire « bonjour » et « au revoir », semble pouvoir être l’intermédiaire entre le monde de l’au-delà et les vivants. Les utilisateurs du Ouija questionnent l’esprit qui serait « appelé » en séance par l’intermédiaire d’un objet (un verre ou une « goutte »). Ce dernier se dirige vers les symboles, les uns après les autres, afin de constituer des réponses à leurs questions. Pour certains, le déplacement est dû à l’énergie des participants ou à l’effet idéomoteur (mouvements inconscients des personnes qui touchent l’objet durant la séance), pour d’autres à des entités appartenant au monde du subtil ou au royaume des défunts.

Alors que la communauté scientifique considère la pratique comme une pseudoscience, et que pour certains parapsychologues, le Ouija est sans danger particulier, un certain nombre de médiums déconseillent fortement de  » jouer avec ça « . En effet, des expériences négatives en séance et/ou des conséquences indésirables pourraient se manifester en s’adonnant à la pratique du Ouija (voir la libre antenne BTLV du 25 janvier).

En 1901, William Fuld, inventeur et entrepreneur américain de Baltimore (Maryland), a commencé la production de ses propres planches sous le nom de « Ouija ». D’après lui, « Ouija » serait un ancien mot égyptien signifiant  » bonne chance. » Il est aussi la combinaison de « oui » en français et en allemand. Le Ouija fût considéré pendant longtemps comme un jeu de société, puis pendant la première guerre mondiale, Pearl Curran (médium américaine) en a fait un support de divination. Elle aurait été guidée, via le Ouija par Patience Worth pour écrire ses romans.

Les spirites disent que le Ouija est une forme de médiumnité qui permettrait de communiquer avec d’autres plans. Pour les religions monothéistes, cette pratique est liée à l’occulte, et ceux qui participent à des séances de Ouija parlent en réalité avec le Diable ou des entités négatives.

Alors si comme dans le film  » Jumanji « , vous préférez ne pas être obligé de terminer la partie, mieux vaut peut-être ne pas la commencer … Cependant, pour les plus audacieux d’entre vous, pourquoi ne pas aller passer une soirée au château de Fougeret, dans la Vienne, pour oser l’expérience avec Véronique Geffroy, une experte en la matière ?

Voir également l’émission  » Les Affranchis de l’info  » : Paranormal, peut-on tout expliquer ? (réservé aux abonnés)

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2020-11-12T15:16:55+01:0012 novembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser