fbpx

(TECHNOLOGIE) Une voiture volante et hybride pour les forces armées russes

23 juin 2021 – Alors que la technologie du décollage vertical, à le vent en poupe et voit son utilisation se développer, petit à petit, cette technique de décollage sera notamment d’une grande utilité aux futurs taxis et drones volants, censés envahir le ciel des plus grandes métropoles mondiales, dans une poignée d’années ; la Russie ne compte pas passer à côté de ce nouveau procédé, qui possède bien des avantages…

En effet, le pays souhaite tirer profit de la méthode du décollage vertical, non plus pour un usage destiné aux transports de passagers, mais pour une utilisation militaire.

UNE VOITURE VOLANTE

Il ne s’agit pour l’instant que d’un prototype, mais cela pourrait bientôt devenir un élément clé dans l’attirail de défense russe. Son nom est Cyclocar, un véhicule à la motorisation hybride, mais surtout, une voiture volante et à décollage vertical, s’il vous plaît.

Le modèle de présentation a été dévoilé, courant avril, par la Fondation pour les projets de recherche avancée dans l’industrie et la défense (FPI), rattachée à l’armée russe. Un véhicule développé dans la ville de Novossibirsk, par la branche sibérienne de l’Académie russe de sciences.

BIENTÔT LES PREMIERS ESSAIS 

En vue d’un démarrage de la production de ces voitures volantes destinées à la défense, en 2024, la FPI prévoit déjà d’organiser les premiers vols d’essais durant l’année 2022. Une date qui ne semble pas précipitée, quand l’on sait que la Russie mène des essais dans les airs, depuis 2020, avec un prototype réduit du véhicule.

D’ailleurs, en août 2020, Tass Grigory Makeich, chercheur à la FPI, vantait déjà les mérites, des voitures volantes, également appelés cyclocoptères : « Un cyclocoptère présente certains avantages : il est compact et peu bruyant par rapport à un hélicoptère ou un quadcoptère. De plus, les rotors cycliques permettent de changer la direction du vecteur de poussée sur 360 degrés, ce qui rend ce véhicule très maniable ».

Selon la fondation, Cyclocar sera en mesure d’accueillir un maximum de six passagers, ainsi qu’une charge utile de 600kg.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-06-23T16:14:20+02:0023 juin 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser