Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

26 juin 2020 —Dans un proche avenir, le tourisme spatial va devenir un enjeu économique pour quelques entreprises comme SpaceX, Blue Origin, Virgin Galactic ou encore l’agence spatiale russe Roscomos.

Ce ne sera pas vraiment l’espace, mais cela y ressemblera. Une jeune entreprise américaine Space Perspective va proposer du tourisme spatial par ballon stratosphérique. Des voyages qui permettront de se retrouverdans la haute atmosphère, « à la limite de l’espace », pour des touristes que l’on imagine riches, mais pas assez pour se payer un ticket pour un vrai vol spatial.

Pour rappel,la frontière de l’espace se situe à 100 kilomètres d’altitude, cela s’appelle la ligne de Kármán.

Les avions de ligne volent en général à une altitude de croisière allant de 9 à 12 kilomètres. Quant au saut effectué en 2012 par Félix Baumgartner qui lui a permis de franchir le mur du son en chute libre, il a eu lieu à près de 39 kilomètres d’altitude. D’ailleurs, il a atteint cette altitude depuis une capsule suspendue à un ballon gonflé à l’hélium.

Même si ce n’est pas vraiment l’espace, cela reste une ascension exceptionnelle dans une capsule pouvant accueillir jusqu’à huit passagers. L’avantage de cette technique est qu’elle est plus simple à mettre en place et surtout beaucoup moins chère.

(Crédit Space Perspective)

UNE EXPÉDITION DE SIX HEURES

La capsule dont le nom sera Neptune sera dirigée par un pilote professionnel. La mission durera aux alentours de six heures : deux heures pour l’ascension, deux heures pour le vol stationnaire et deux heures pour la descente. Neptune conclura son expédition dans l’océan avec un amerrissage en douceur.

Space Perspective devrait débuter des tests de vol inhabité en 2021. Pour montrer le côté sérieux de cette entreprise, des instruments scientifiques seront du voyage, une façon de sortir du côté mercantile du tourisme pour millionnaire et donner un vernis de recherche scientifique.

François Deymier (btlv.fr/source Space Perspective)

(Crédit Space Perspective)